Actualités

L'investissement à la hausse, pas les taux communaux

  • Publié le 18/02/2013 à 11:04
  • Par Jennifer BRESSAN


Au cœur du conseil municipal de vendredi soir, le débat d'orientation budgétaire. Ce budget, présenté  comme "volontariste" par le maire de Brive Philippe Nauche englobe "un programme d'investissement ambitieux" sans toucher aux taux communaux d'imposition et ce, pour la 6e année consécutive de ce mandat.

Le débat d'orientation budgétaire, le dernier du mandat, était au centre de toutes les attentions lors du conseil municipal de vendredi soir.

"Alors que les dotations de l'Etat aux collectivités restent gelées, nous proposons un budget volontariste, fidèle à nos orientations depuis 2008: l'attractivité, la solidarité et la proximité", a indiqué le maire Philippe Nauche. "Grâce à la maîtrise des dépenses de fonctionnement, nous pouvons maintenir un haut niveau d'investissement pour préserver la cohésion sociale, renforcer l’attractivité de la ville, continuer une démarche volontariste de qualité environnementale et énergétique ainsi que nos efforts sur l’entretien et la rénovation de la voirie."

Le programme d'investissement (hors report de 10,53 millions) prévu pour 2013 porte sur 27,7 millions d'euros (25,5 en 2012). Près de 11 millions seront consacrés à la voirie, soit près de 40% du programme d'investissement, 4,5 millions à la jeunesse et aux sports, près de 4 millions aux bâtiments communaux, 2 millions à la redynamisation du cœur de ville, 1,75 million aux acquisitions foncières, 1,2 million sera investi dans le social ou encore 770.000 euros dans la culture. Un "programme ambitieux" que la préservation d'un niveau d'épargne satisfaisant a contribué à maintenir tout en n'augmentant pas les taux communaux d’imposition pour le 6e exercice consécutif du mandat.

"Nous avons fait le choix de mettre l'investissement au service de la collectivité et des entreprises, en acceptant l’endettement, mais en le contenant dans des ratios corrects", a indiqué Philippe Nauche. "La capacité de désendettement reste en dessous des 9 années de remboursement", a précisé l'adjoint aux finances Frédéric Fillipi. "On est dans la moyenne des villes de notre strate."

Des résultats que l'opposition a mis sur le compte de la nouvelle procédure appliquée au budget en 2013. "Une procédure pratiquée dans de nombreuses collectivités, notamment à l'Agglo de Brive", a expliqué l'adjoint aux finances "et qui prévoit que les résultats du compte administratif de l'année écoulée soient repris au budget primitif de l'année qui suit. L'année 2013 ne donnera donc pas lieu à un budget supplémentaire."

"La santé financière de notre ville s'affaiblit",  a aussi commenté l'opposition par la voix de Frédéric Soulier. "Je ne considère pas notre situation financière exemplaire", a répondu le député-maire "mais la situation est ce qu'elle est. Il aurait été plus simple de moins investir en cette dernière année de mandat, de se contenter d'un coup de peinture pour provoquer le moins de perturbations possibles et de ce fait préparer l'élection. Cela n'a pas été notre choix. Continuer d'investir est notre responsabilité pour le tissu économique local. D'autant que 80 à 90% de ces commandes profitent aux entreprises de notre bassin. Si nous n'avions pas fait ces investissements, je vous laisse imaginer dans quel état seraient certaines entreprises brivistes aujourd'hui. Un certain nombre aurait dû lancer des plans de licenciement très importants. Nous faisons le maximum pour générer le plus d'activité possible sur notre bassin d'emploi. On ne peut pas faire plus, on ne peut pas non plus faire moins", a terminé Philippe Nauche, en pointant du doigt la politique du "désendettement pour le désendettement" choisie lors du précédent mandat. "L'équation pour laquelle nous avons opté est difficile à mettre en œuvre. Mais c'est là un choix politique."

Vous pouvez visionner l'intégralité du conseil municipal, le débat sur les orientations budgétaires compris, sur le site de la Ville, en cliquant ici.