Actualités

"Bacchus et Ariane" : un étonnant mariage des cultures

  • Publié le 08/04/2013 à 09:10
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Bacchus et Ariane, c'est la rencontre entre Orient et Occident, un subtil mélange d'émotions entre musqiue baroque et musqiue du monde. Le concert que répète actuellement Chronochromie, le chœur de chambre professionnel de la Camerata vocale de Brive mêle madrigaux de Monteverdi et musique de l'Inde du Nord. Une soirée insolite qui aura lieu ce samedi 13 avril à 20h30 au théâtre municipal de Brive.



Le chœur vient d'entrer aujourd'hui en résidence à la Mégisserie de Saint-Junien pour apporter durant toute la semaine la touche finale à cette création particulière. Indéniablement, ce mélange des genres va titiller nos tympans plus enclins à se cantonner dans des registres différenciés. "Le fait d'intercaler de la musique de l'Inde du Nord et de la musique baroque va accentuer le contraste, ouvrir nos oreilles et stimuler l'écoute", garantit le chef de choeur Jean-Michel Hasler. De quoi bousculer nos habitudes et affiner nos sens. Une façon aussi pour ses spécialistes de Monteverdi de "donner une nouvelle vie à la musique ancienne en proposant de l'écouter autrement".

Cet autrement passe par cette confrontation des genres qui puise dans la mythologie grecque. C'est l'histoire imaginaire de la rencontre entre Ariane, abandonnée par son amant Thésée sur l'île de Naxos, et de Bacchus qui s'en revient des Indes. Un demi-dieu fou, porté sur les débordements, mais riche de nouveaux horizons. Le spectateur va ainsi "voyager entre Bacchus et Ariane, entre l'Italie et l'Inde, entre l'amour passion et la contemplation". Dans son opéra Arianna, Monteverdi décrit avec passion la souffrance d'Ariane dans une musique d’une expressivité inégalée.



"Bacchus, c'est l'ivresse, la transgression. On l'oppose à Apollon qui correspondrait à une rigueur plus européenne", explique Jean-Michel Hasler en précisant que "le musicien occidental navigue entre ces deux mondes". En invitant la musique indienne, il souhaite ainsi séduire un public plus large, "un public qui ne vient normalement pas aux concerts classiques". Sur scène, côté Monteverdi, 7 chanteurs professionnels et 4 instrumentistes, côté indien deux musiciens avec percussions, tabla, sitar et surbahar. 
"On a déjà expérimenté cette confrontation avec la musique indienne il y a 5 ans, mais seulement instrumentale. Cette fois, il y aura aussi du chant drupad." Le contraste sera d'autant plus saisissant que les choristes de Chronochromie chantent en italien du 17e siècle, "avec des voyelles plus allongées". Un croisement surprenant pour un dialogue audacieux entre deux cultures. Une musique mélangée, une musique partagée qui donnera d'ailleurs lieu ce soir là à une captation en vue d'un clip.

Infos et réservations au 05.55.76.11.04. Prix des places: 16 et 12 euros, gratuit pour les moins de 12 ans. A noter que Chronochromie propose sur demande pour des collectivités, écoles ou particuliers, une version légère, des mini-concerts avec deux chanteurs et un instrumentiste.