Actualités

Festival du cinéma: Humour aux entournures lors de l'ouverture

  • Publié le 03/04/2013 à 09:45
  • Par Jennifer BRESSAN


Avec ses 10 ans d'âge, le festival du cinéma de Brive est dorénavant un événement bien rodé, la cérémonie qui l'inaugure aussi. Elle avait lieu hier soir au Rex et s'est trouvée gentiment malmenée par  Benoît Forgeard, président du jury, qui n'a pu s'empêcher d'y mettre son amusant grain de sel. Toute la programmation du festival qui se poursuit jusqu'à dimanche sur le site de l'événement.

Le ton semble doucement ironique, gentiment provoquant. Le président du jury, le réalisateur Benoît Forgeard a piqué au vif hier soir la curiosité d'un public plus habitué à être bercé par un flot de remerciements en pareille occasion. Justement, le président, aux faux airs d'Adrien Brody, gilet cravaté et allure dégingandée, a décidé de jouer à fond cette carte et poussé les remerciements jusqu'à l'absurde. Ussac, Noailles, Benoit Forgeard n'a oublié personne ! Depuis le député-maire Philippe Nauche et son équipe jusqu'au président François Hollande "pour sa bienveillance discrète". Et de poursuivre: "Je ne vais pas remercier la terre entière", prévient-il en allant plus loin dans son art maîtrisé du contre-pied et en congratulant finalement les planètes voisines! On l'aura compris, les passages obligés de ces cérémonies l'ennuient!

Ils sont pourtant incontournables et ont été l'occasion de rappeler, outre la longue liste des partenaires publics et privés, le chemin parcouru par le festival "qui a su grandir grâce à un nombre d'entrées et un intérêt des professionnels toujours plus grands", a souligné Françoise Gautry, maire adjoint en charge de la culture: "Le moyen métrage est grand par son exigence. La Ville est heureuse de lui apporter son soutien logistique et financier et nous sommes particulièrement attachés au travail réalisé par les Yeux Verts qui permet cette année encore à 2.000 scolaires de prendre part au festival."

L'événement, précurseur il y a 10 ans, de référence aujourd'hui, a été salué unanimement comme "un lieu qui permet au cinéma indépendant d'être vu", a indiqué Pierre Diedrich pour le Département, "pas un festival de plus" pour Jean Jacques Jauffret, de la SRF mais "un des grands moments de la vie culturelle dans la Région", a renchéri Philippe Geffré, directeur régional des affaires culturelles: "Ce n'est pas par hasard qu'un film est présenté à Brive." Le parcours des lauréats en témoigne. "Beaucoup de réalisateurs, révélés à Brive, ont été primés dans d'autres festivals et réalisent aujourd'hui leur premier long-métrage", a indiqué Sébastien Bailly: "C'est ce qui fait le plus plaisir. C'était là une des raisons qui a présidé à la création de cette manifestation, il y a 10 ans." Pari gagné. La réussite de Guillaume Brac et de son film primé l'an dernier à Brive Un monde sans femmes l'illustre. (A noter d'ailleurs qu'il sera projeté samedi à 18h.)



Sébastien Bailly est aussi revenu sur la programmation (nous vous en avons parlé ici) et la soirée anniversaire de jeudi place du Civoire, derrière la halle Brassens en cas de pluie (nous vous en avons aussi parlé ici). L'inauguration s'est terminée avec la projection de 1895 suivie d'un cocktail. "C'est encore une programmation assez rock'n roll", a lancé Sèverine, une spectatrice fidèle du festival qui ne cache pas pour autant son amateurisme éclairé en la matière. "Comme chaque année, une part de hasard guidera mes choix de projections. "J'aime me laisser surprendre et ce festival le permet." Rendez-vous dimanche pour le palmarès qui sera dévoilé à partir de 20h lors de la cérémonie de clôture, au Rex.

Sur ce même sujet, vous vous pouvez aussi lire nos précédents articles: