Actualités

L'hymne européen version flash mob

  • Publié le 14/05/2013 à 12:03
  • Par Olivier SOULIÉ


A l'école Saint-Germain, toute une classe de CM2 se prépare à partir une semaine en Allemagne. Un voyage scolaire dans le cadre  des 50 ans de l'amitié franco-allemande. Pour l'occasion, les élèves ont créé un flash mob sur l'hymne européen, l'Ode à la joie version hip-hop qu'ils interpréteront d'ailleurs sur place avec leurs camarades allemands.



Les élèves de la classe de Laure de Cursay, accompagné par l'enseignant d'allemand Pierre Beynet, partiront du 2 au 8 juin. Ils séjourneront dans une auberge de jeunesse dans le Nord de Nuremberg, visiteront la métropole, ses monuments, son champ de mars... iront aussi à Lauf, ville jumelée avec Brive, se rendront dans une école primaire, dîneront dans les familles, iront aussi dans le collège également jumelé avec le lycée d'Arsonval... Un programme conséquent! Dignes enfants d'ovalie, ils ont même prévu d'apporter des ballons de rugby pour faire découvrir ce jeu à leurs camarades d'outre-Rhin. Bien sûr, en amont, la classe a préparé cette semaine particulière, la déclinant dans toutes les matières, histoire, géographie... et même maths en calculant les distances. "On a appris quelques mots en allemand et on a aussi vendu des gâteaux faits maison pour financer la semaine", expliquent-ils. A quelques jours du départ, ils se montrent de plus en plus impatients de vivre ce qu'ils appellent "une aventure". Pour tous, c'est la première fois qu'ils se rendront dans ce pays et pour la plupart qu'ils partiront en voyage de classe. "C'est super", clament-ils en chœur. "Surtout de partir sans la famille", pérorent certains, "et de ne pas voir les grands frères", "même les petites sœurs", surenchérissent d'autres dans l'euphorie générale.

Comme ce voyage scolaire se déroule dans le cadre des 50 ans du traité de l'Elysée, en bons petits européens, les écoliers ont appris les paroles de l'hymne, en français et en allemand... Surtout, surtout, ils en ont fait un flash mob. Pour eux, c'est un peu la cerise sur le gâteau, leur carte de visite. Et ils sont très fiers de leur chorégraphie qu'ils ont mis plusieurs semaines à peaufiner. "On veut que les élèves allemands l'apprennent sur la vidéo pour qu'on la fasse ensemble là-bas." Leur flash mob a d'ailleurs été retenu dans la liste des actions programmées par l'OFAJ (Office franco-allemand pour la jeunesse) qui fête lui aussi son demi-siècle. Une fois sur place, ils ont prévu de nous tenir au courant de leur "aventure" en nous envoyant chaque jour un petit article.