Actualités

Un talent à l'honneur au musée Michelet

  • Publié le 14/05/2013 à 08:13
  • Par Patrick MENEYROL


Le musée Michelet rend hommage à un périgourdin talentueux, Alain Carrier. Cet homme, peu connu du grand public, est depuis des décennies un maître dans son domaine: l'affiche. L'exposition qui lui est consacrée était inaugurée hier soir par Françoise Gautry, adjointe au maire en charge de la culture.

Né à Sarlat en octobre 1924, Yves Carrier, Yves est son premier prénom d'où son surnom "Vivou", passe son temps d'enfant dans la salle du café du palais que tiennent ses parents dans le bourg. Il y fréquente une clientèle variée, des agriculteurs, des maquignons, des ouvriers, mais aussi des artistes et des écrivains comme Georges Simenon, Henry Miller ou Paul Eluard. Sa vie va "basculer" le jour où, à l'écart dans la salle du café, il s'amuse à dessiner une étiquette pour une bouteille de vin de noix que fabrique sa grand-mère. Un homme s'approche de lui et en regardant son dessin, surpris par son imagination, il s’adresse au père de Vivou en lui disant : "Albert, ton fils a l’idée réflexe: il sera affichiste". Ce personnage n'est autre que Marius Rossillon, alias O’Galop, le célèbre illustrateur et créateur du "Bonhomme Bibendum".

Scolarité au collège La Boetie, et l'heure des choix avec la guerre. A 19 ans à peine, Vivou s'engage dans la résistance. En 1945, malgré les réticences de son père, il monte à Paris. Son talent de dessinateur va naître aux côtés du plus grand affichiste du moment, Paul Colin, dont il devient l'assistant. Affiches de publicité, de cinéma, couvertures de disques, celui qui signe désormais Alain Carrier trouve sa place parmi les meilleurs jusqu'à devenir entre autres pendant 10 ans le directeur artistique de la publicité des Grands Magasins du Printemps, avant de créer sa propre société.

Rarement un affichiste fut autant récompensé et décoré. Certains n'hésitent pas à dire qu'il est le plus grand. Une grandeur à la hauteur de sa modestie. Aujourd'hui, Alain Carrier profite de sa retraite à Sarlat où il s'est installé définitivement. Semi retraite en fait car le dessinateur ne pose jamais ses crayons. Il réalise de nombreuses affiches pour des manifestations locales ou de grandes causes humanitaires, mettant en avant des valeurs qui font que les oœuvres de cet ancien résistant trouvent une place toute naturelle au sein du musée Michelet.

Alain Carrier s'affiche, au musée Michelet, jusqu'au 22 juin. Du lundi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h. Entrée gratuite.