Actualités

Retour à l'emploi grâce aux clauses d'insertion dans les marchés publics

  • Publié le 14/05/2013 à 12:52
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Jérôme, 25 ans ans, a bénéficié d'une clause d'insertion que l'Agglo a introduite dans ses marchés publics. Une clause qui lui a permis d'apprendre un métier puisqu'il est désormais en contrat de professionnalisation au sein d'une entreprise du bâtiment. Mieux qu'un long discours, son témoignage a marqué aujourd'hui les participants d'une journée de sensibilisation au retour à l'emploi organisée par l'Agglo et la fédération du bâtiment.


Ce matin au centre Raoul Dautry, autour de la table: des personnes en rupture de travail, souvent sans aucune qualification, souvent aussi en désillusion. L'auditoire est attentif: Jérôme explique comment après un CAP en maçonnerie avorté, il n'a vécu que de petits boulots sans horizon. "Ça ne permet pas de construire un projet professionnel." Jusqu'à ce qu'il bénéficie d'une clause d'insertion dans le cadre du marché de travaux publics sur l'avenue Georges Pompidou. Une clause qui lui a permis de se fixer enfin un objectif. "On est pas considéré comme un manœuvre mais comme quelqu'un qui apprend et qui doit évoluer", explique-t-il. Aujourd'hui, il a d'ailleurs décroché un contrat de professionnalisation avec l'entreprise Eurovia et se forme à la construction VRD.



Pour Martine Audebert, vice-présidente de l'Agglo chargée de la Politique de la Ville, ces clauses introduites en 2008 dans les marchés publics sont "la meilleure façon d'insérer vers l'emploi". L'Agglo porte en effet un dispositif de mise en cohérence des interventions publiques pour favoriser l'accès ou le retour à l'emploi des personnes les plus en difficulté: le PLIE, Plan local pour l'insertion et l'emploi. La commande publique se révèle un bon levier grâce à ces clauses d'insertion introduites dans les marchés. "En 2012, 20.500 heures ont ainsi été réservées pour l'insertion et 86 personnes ont pu être embauchées", quantifie Patricia Broussolle, première vice-présidente. En plus de l'Agglo, des nouveaux donneurs d'ordre ont rallié l'action comme le SIRTOM, l'hôpital, la SNCF, des communes...

Côté bâtiment, le président Pierre Talamona a expliqué que la fédération avait mis en place un dispositif particulier, le GEIQ, Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification afin de participer à cette action et répondre en meilleure adéquation aux clauses d'insertion obligatoires. "Ces clauses ne sont pas vécues comme une contrainte par les chefs d'entreprises car elles interviennent de façon intelligente et notre groupement permet d'accompagner ces démarches de professionnalisation", déclare Jean-Michel Albaret, directeur du GIEQ. D'ailleurs, Agglo et fédération du bâtiment ont formalisé ce matin leur démarche commune en signant une convention dans le cadre de cette journée particulière qui intègre également une visite du chantier de rénovation  des Chapélies.