Actualités

Le préfet sur le terrain social

  • Publié le 24/05/2013 à 12:42
  • Par Patrick MENEYROL


Sophie Thibault était ce matin à Brive. Arrivé de bonne heure, le préfet de la Corrèze a visité plusieurs structures d'aide et de soutien social aux plus démunis, en compagnie de Philippe Nauche, député-maire et de Patricia Bordas, première adjointe. Rencontres, explications, discussions, le préfet voulait se rendre compte sur place du travail de ces associations.

C'est par la Banque alimentaire que Sophie Thibault a débuté sa matinée briviste. Dans ses locaux du "rocher coupé", le préfet s'est fait expliquer, en détail, le fonctionnement de l'association. Ses fournisseurs, ses partenaires, ses besoins, les personnes à qui elle vient en aide, tout a été passé en revue tout au long de la visite des hangars et des chambres froides dans lesquels s'activent en moyenne chaque jour plus de 20 bénévoles. L'avenir fut aussi évoqué avec la présentation du grand projet de la Banque alimentaire dans les mois prochains: déménager dans de nouveaux locaux plus fonctionnels. Dès lundi, elle se rendra propriétaire d'un grand bâtiment dans la zone artisanale Est, plus neuf, plus aux normes, et avec de nouvelles chambres froides qui répondent aux exigences actuelles du maintien de la chaine du froid. Un projet important, qui devrait être achevé fin octobre, et qui coutera quelques 400.000 euros, financés par un emprunt à long terme, et l'aide de l'Etat et des collectivités locales qui n'ont pas manqué d'être sollicités par les responsables de l'association.

Des locaux mieux adaptés aux besoins d'aujourd'hui, c'est également le souhait de l'accueil de jour de la Croix-rouge, 2e étape pour Sophie Thibault. Dans ses locaux exigus de l'avenue du 11 novembre, jusqu'à 20 ou 25 personnes sont reçues chaque jour, avec les soucis que cela engendre. Promiscuité, une seule douche, une seule machine à laver le linge, devant l'augmentation très importante du nombre de visites quotidiennes, les responsables souhaiteraient pouvoir s'agrandir. Malheureusement, leurs recherches entamées depuis 3 ans ne donnent rien. Aucune maison, suffisamment spacieuse et fonctionnelle et pas trop chère, n'a pu être trouvée. Un dossier sur lequel travaillent pourtant la mairie et les services de l'Etat.

La visite sociale du préfet s'est terminée à l'épicerie sociale, créée par le CCAS de la mairie. Aux côtés de Philippe Nauche, Sophie Thibault a tenu à tout voir. Magasin, dépôt, et au premier étage les différentes salles qui accueillent des ateliers ou des services pour les personnes bénéficiaires: coiffure, esthétique, cuisine, informatique, des offres dont le préfet a rappelé l'importance, notamment pour des femmes en situation difficile.

3 visites. 3 façons de venir en aide aux personnes en difficulté. 3 exemples concrets durant lesquels Sophie Thibault a rendu hommage aux bénévoles qui font "tourner" ces associations face à "des besoins toujours plus importants en raison de la crise actuelle", a t-elle souligné. Elle a donc insisté sur le fait que, "puisque, crise oblige, il n'est pas possible d'augmenter les budgets, il faut au mieux rationaliser l'enveloppe existante". Pour se faire, plusieurs réunions sont prévues avec les associations et les collectivités locales dès le mois de juin pour optimiser les moyens. Il s'agit, selon le préfet, "de faire en sorte qu'il n'y ait pas de doublon, d'éviter que différentes associations aident les mêmes personnes, pour que dans le même temps, personne ne soit oublié".