Actualités

Les soldes ont démarré ce matin

  • Publié le 26/06/2013 à 09:51
  • Par Marie Christine MALSOUTE


C'est parti pour les soldes d'été avec des baisses de prix sans précédent. Et ce pendant 5 semaines jusqu'au 30 juillet. L'occasion pour la plupart des commerçants de sauver un début de saison calamiteux. Et l'occasion pour les acheteurs de faire de bonnes affaires. Même si ce matin, le démarrage était plutôt calme.



Pas question pour Carine et Sandrine de rater ce premier jour de soldes. "On y était avant 9h, on voulait être les prem's et on va y consacrer la matinée. On reviendra ensuite pour las autres démarques." L'une avait déjà faut quelques repérages les jours précédents, l'autre pas. Les deux amies pétillent ainsi d'une boutique à l'autre. "C'est l'occasion de dénicher, d'avoir l'impression de faire une bonne affaire. Cette année, il y a de grosses démarques, ça commence à 70%, c'est incitatif."

Les franchisés ont en effet lancé des maxi soldes pour sauver la saison mise à mal par le mauvais temps et la baisse du pouvoir d'achat. Les rabais sont dignes des deuxièmes démarques: ils débutent à 50% voire 70% afin d'écouler des stocks peu entamés. Certains annoncent déjà même 10% supplémentaires pour cette première journée pour attirer le chaland. 50%, c'est la remise à laquelle s'arrêtent par contre les commerçants indépendants. "Les marges ne sont pas les mêmes", explique Mariane de la boutique Amarine qui part sur du - 30%. "J'ai la chance d'avoir bien vendu, je n'ai pas perdu par rapport à l'an dernier."

Alors, même si le chaland ne se bouscule pas, on reste serein. "Il faut garder des prix cohérents", assure Didier d'Abside qui a ouvert à l'heure habituelle: "C'est calme, mais les clientes ont fait du repérage la semaine dernière. Il n'y a pas d'inquiétude, ça va venir." Par contre, le Groupement de chaussures du centre ne désemplit pas. "Depuis 8h15, ça n'arrête pas", lâche au passage une vendeuse les bras chargés de boites. Aubaine pour les clients, ces soldes monstres n'ont jamais été attendus avec autant d'angoisse par les marchands notamment de vêtements.