Actualités

Quel avenir pour l'enseignement supérieur dans le bassin Brive-Tulle

  • Publié le 09/07/2013 à 08:24
  • Par Jennifer BRESSAN


La restitution de l'étude stratégique initiée dans le cadre du projet de pôle universitaire et de formation regroupant Brive et Tulle a été présentée hier dans le nouveau campus de Brive qui va faire sa rentrée en septembre. Fruit d'une démarche concertée, cette étude vise à augmenter le nombre d'étudiants et développer une offre de formations innovantes, cohérente avec le tissu économique local.



Il y a deux ans, les deux communes de Brive et Tulle, engagées chacune de leur côté dans une politique volontariste pour pérenniser et améliorer l’offre de formation sur leur territoire, ont décidé d’avancer ensemble et de raisonner sur le bassin Brive-Tulle. C’est ainsi qu’en juin 2011, à l'IUT du Limousin de Tulle, Philippe Nauche, maire de Brive, et Bernard Combes, maire de Tulle, présentaient leur projet de partenariat et de coopération pour le développement de l'enseignement supérieur et de la formation entre les deux communes.

La restitution de l’étude, entamée il y a un an par Territoires 19, a été présentée hier dans l'amphithéâtre du nouveau campus de Brive, "un lieu porteur de sens pour les étudiants mais aussi pour l'avenir et le développement des filières universitaires à Brive",  a commencé Philippe Nauche, appuyé par son homologue tulliste, Bernard Combes: "Je crois en l'avenir de la formation sur nos territoires qui ne sauraient de toute manière se développer sans cela. C'est vital."

Les enjeux sont de taille. "Il y a un vrai travail à faire pour garder nos jeunes sur le territoire", n'a pas caché le recteur de l'académie de Limoges Luc Johann. Seulement 1,7% de la population des intercommunalités de Brive et Tulle réunies sont des étudiants. Pourtant, dans un contexte local dynamique qui verra l'ouverture en septembre à Brive du nouveau campus regroupant le Staps, les deux IUT, le laboratoire XLim et la fac de droit, la pertinence  de ce pôle universitaire de formation corrézien est partagée par tous les acteurs associés à cette démarche: "Je me réjouis que Brive et Tulle aient imaginé d'avoir un site commun", a déclaré Jean-Paul Denanot, président de Région. "La formation est la base de tout développement économique et de toute création d'emploi."

Pour compter, le futur campus Brive-Tulle doit viser l’excellence et s’appuyer sur des formations innovantes, spécialisées et cohérentes avec le tissu économique local. "Une formation ne saurait être être coupée de l’emploi d’une part, du tissu économique local d’autre part", se sont rejoints tous les décideurs. Raymond Quéré, universitaire à la tête des groupes de travail qui ont réfléchi sur le type de formations à proposer, a suggéré  de développer le campus autour de 3 axes: la "Silver economy" qui s’intéresse aux jeunes seniors et à la dépendance des personnes âgées, l'énergie et l'information qui cherche notamment à réduire l’impact énergétique des technologies de l’information et de la communication et enfin l'agro-alimentaire et l'agro-ressources qui pourraient déboucher sur la création d'une formation d'ingénieurs à moyen terme.

"Nous vivons une concurrence des territoires très dures", a conclu Sophie Thibault, le préfet. "Il faut des unions. C'est le seul chemin à suivre pour envisager l'avenir avec un minimum de sérénité."

Les détails de l'étude menée par Territoires 19 en cliquant ici.