Actualités

Un été briviste pour deux jeunes québécois

  • Publié le 05/08/2013 à 13:09
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Ils ont tous deux 18 ans, viennent de la ville jumelle Joliette et travaillent le temps d'un été à la médiathèque pendant que deux jeunes Brivistes font de même au Québec. Kariane Le Blanc et Jérémie Beauchemin portent un regard croisé sur cette "belle expérience de vie" qui s'achèvera dans quelques jours.



L'échange fonctionne ainsi depuis 30 ans grâce aux municipalités de part et d'autre et à l'association Pays de Brive Corrèze Québec: chaque été, deux jeunes Brivistes s'envolent pour six semaines à Joliette et deux jeunes de la ville jumelle font de même en direction de Brive. Sur place, ils travaillent respectivement à la médiathèque municipale et profitent de ce mois et demi pour découvrir de plus près une culture sœur. "Ce sont les plus jeunes candidats que nous ayons eu dans ces échanges ouverts aux 18 à 25 ans", précise Christiane Laval, présidente de l'antenne locale France Québec. Les postulants à cette aventure doivent bien sûr faire preuve de motivation et d'ouverture d'esprit, même si le choix pour départager les prétendants peut s'opérer au final par tirage au sort, comme pour Kariane et Jérémie.

Nos deux jeunes visiteurs, logés au Foyer des jeunes travailleurs, ne sont pas pour autant touristes puisqu'ils doivent s'acquitter de 35 heures hebdomadaires, à la section jeunesse pour lui et à la consultation sur place pour elle. De quoi favoriser une intégration rapide et faciliter les liens. "C'est une bonne façon de découvrir la culture française en étant accompagné", assure Kariane d'une intonation chantante. "Les gens sont très accueillants. Ils sont interpellés par notre accent qu'ils aiment bien, même si quelquefois ça pose problème pour se comprendre.", s'amuse Jérémie. Pour eux, c'est nous qui avons évidemment un "accent bizarre" qui les amuse, au point de nous imiter dans leurs blagues, ce qu'ils se refuseront vertement à faire devant nous. "On essaie de bien articuler et il faut faire attention aux mots qu'on emploie. Par exemple, lorsqu'on parle d'une camisole, on désigne un vêtement léger, alors que pour vous c'est un habit pour les fous...", illustre Kariane.

Tous deux avouent avoir été "touchés par la dimension historique" de notre cité. "On n'a pas tous vos bâtiments en pierre. Joliette est une ville jeune, ici c'est l'inverse." Il faut savoir que la ville jumelle, située à une heure de Montréal et de taille un peu plus petite que Brive, va seulement fêter l'an prochain son 150e anniversaire! "Vos paysages sont vallonnées, moi, j'ai l'habitude des champs à perte de vue", compare Kariane. Bien sûr aussi, ils ont visité la région avec l'association qui les chapeaute, participer à Brive festival et vont descendre cette semaine la Dordogne en canoë. "Il y a un lien entre nos deux pays. Venir ici, c'est retrouver une partie de cette histoire qu'on n'a pas partagée", ressent la jeune femme.



Pour elle qui vient pour la première fois en France, c'est une grande découverte. Jérémie, lui, avait déjà séjourné dans la région de Toulouse avec ses parents, mais cette fois, il pu goûter du foie gras: "J'en ai pas raffolé, mais j'imagine que ça vient avec le temps", dit-il très décontracté. Question mode d'alimentation, "ici, on a davantage accès aux produits frais sur les marchés, on mange moins sucré, plus de fruits, plus de légumes, beaucoup de poisson et moins de viandes", résument-ils. Evidemment, ils rapporteront chez eux des produits du terroir à faire déguster à leurs proches: "foie gras et liqueur de noix" pour elle, "une bonne bouteille de vin" pour lui. "Un peu comme on avait fait à l'aller: on avait apporté du sirop d'érable et des cidres de glace." Mais pour Jérémie, ce qui reste le plus marquant, "c'est la fin de semaine: le dimanche, tout est fermé! Il faut s'adapter. A la chaleur aussi", souffle-til. "Et les journaux parlent beaucoup rugby, c'est votre hockey du Canada." Ce qui lui aura le plus manqué pendant son séjour, "c'est la bouffe de ma mère", réplique aussitôt le jeune homme, impatient de retrouver la "poutine", un plat très populaire là-bas, à base de frites, de fromage et de sauce.

Plus que cette semaine sur place, puis Kariane et Jérémie repartiront le 19 août au Canada, après un petit tour à Paris pour elle et à Toulouse pour lui. Lui poursuivra ses études en Sciences humaines et elle de Sciences et mathématiques. Ils auront eu le temps de constater que la médiathèque ne recèle pas un fond d'ouvrages d'auteurs québécois "même classiques". Remarque entendue par l'adjointe au maire chargée des relations internationales, Chantal Féral-Mons et sa collègue de la culture Marie-Odile Sourzat. L'association devrait également en fournir. "J'aime cette expérience et j'ai envie de revenir, mais j'aime mon pays et l'hiver qu'on a", assure Kariane. "Quand j'entends aux informations qu'il y a de la neige en France et que 3 jours après, il n'y a plus rien..."