Actualités

Une matinée pour trouver un tuteur pour l'année

  • Publié le 20/09/2013 à 12:28
  • Par Marie Christine MALSOUTE


A peine rentrés lundi, les étudiants de l'EGC de Brive se sont vite retrouvés dans le bain et savoir se vendre. Ce matin, ils participaient à un forum tutorat pour convaincre une entreprise de les accueillir un jour par semaine tout au long de l'année. Un job dating pour des TP grandeur nature.



Chaque jeudi, les étudiants en 1ère ou 2e année doivent travailler chez leur tuteur, que ce soit un commerce, un service, dans l'industrie, la banque... L'essentiel est de s'immerger dans la réalité tout au long de l'année. "Ils y remplissent très vite des missions opérationnelles, montent des projets, se retrouvent au contact avec les clients", explique leur directrice Sylvie Alvinerie Bousquet, "et ce travail, avec mémoire et soutenance devant jury, compte au final pour 20% de leur note." Pour les 40 étudiants, restait à trouver ce matin leur hôte de l'année, une grande première pour certains qui viennent de décrocher le bac. L'opération était organisée par l'EGC, l'Ecole de gestion et de commerce, pour la 4e année consécutive.

Pas moins de 33 entreprises s'étaient positionnées pour accueillir un ou plusieurs jeunes. "Je suis confiante car on nous a bien préparé en début de semaine, à faire un CV, la lettre de motivation et à se comporter en entretien. C'est très concret comme formation", assure Leïla, 21 ans, qui a rejoint l'EGC, après une 1ère année tourisme à Bahuet. Elle a ciblé 2 entreprises: "J'aimerais travailler avec la salle de sport ou l'agence de com. Je mise sur mon sens de l'organisation et une image dynamique." Pour Elisa, 18 ans, tout juste sorti d'un bac économique, réussir à entrer à l'EGC a déjà été très formateur: il a fallu convaincre et se montrer à la hauteur. Ce job dating est un exercice de plus dans lequel elle mise sur l'aisance de parole et une allure souriante. Bon atout pour travailler dans la banque, un de ses choix. "Le plus stressant, c'est d'attendre de passer."

"On constate un engouement de plus en plus marqué pour ce type de démarche", assure la directrice. Chacun y trouve son compte: "c'est un appoint pour l'entreprise et une expérience pour l'étudiant. Nadine Preece, responsable dans l'événementiel, a déjà "sa petite idée" sur les postulants qu'elle souhaite retenir. Elle a déjà eu recours à la formule et y trouve des avantages certains: "Il faut y consacrer du temps bien sûr, et s'accommoder du fait qu'ils ne sont présents qu'un jour par semaine, mais je leur confie de vraies tâches, en boutique ou comme commercial selon leur compétences. C'est bénéfique: ils apportent les idées, les tendances de leur génération et c'est aussi le plaisir de transmettre".