Actualités

Des jeunes Brivistes participent au Goncourt des lycéens

  • Publié le 11/10/2013 à 15:33
  • Par Olivier SOULIÉ


Une classe de seconde du lycée d'Arsonval fait partie des 52 classes de France qui participent au Goncourt des lycéens. Les 35 élèves doivent se prononcer sur les qualités de 14 romans issus de la 1ère sélection du prix Goncourt.

Organisé par la FNAC et le ministère de l’Education nationale en accord avec l’académie Goncourt, le Goncourt des lycéens permet à 52 classes de donner un avis sur 14 livres issus de la 1ère sélection du prix Goncourt.

Initiée par l’ancienne documentaliste Cécile Chabassier et soutenue par l’actuelle Françoise Mérouche, la participation du lycée d’Arsonval au Goncourt des lycéens a été validée en fin d’année scolaire 2012-2013.



"Je suis surprise par la qualité des critiques des élèves, par le fait qu’ils comprennent les rouages d’une œuvre". Pour la professeur de lettres Catherine Brayet-Castellani, la participation de 35 élèves d’une classe de seconde du lycée d’Arsonval au Goncourt des lycéens est une aubaine. Elle permet d’aborder la lecture différemment: "Les élèves ont envie de lire les livres qu’ils ont à juger. Un élève en a déjà lu 11 en moins d'un mois! D'autres en liront moins, mais l'intérêt est aussi dans les échanges qui se multiplient entre tous, notamment lors de petits-déjeuners littéraires organisés au CDI du lycée".

Marie, une élève, confirme et ajoute que les échanges se font aussi de manière informelle, au détour d’un couloir ou dans la cour: "Il y a des livres qu’on a envie de lire, et d’autres moins. Parfois, des camarades de classe arrivent à nous donner envie de découvrir un livre que nous n’avions pas choisi au départ."

Les points de vue des élèves sur les livres de la sélection sont, selon Catherine Brayet-Castellani, "intéressants car toujours argumentés, et d'une impressionnante franchise. La génération précédente voyait peut-être le livre comme un objet sacré et avait donc tendance à poser des limites lorsqu'il s'agissait de critiquer l'œuvre. Eux n'en ont pas, ils ne se soumettent pas au livre".

Parmi les temps forts qui vont être vécus par les élèves, une rencontre avec 7 des 14 auteurs le 15 octobre à Toulouse. Le 12 novembre, un élève ira défendre le tiercé lors d’une rencontre régionale. Puis, deux jours plus tard, le Goncourt des lycéens sera désigné à Rennes.

Parmi les auteurs en lice avec leur dernier ouvrage (Jean-Daniel Baltassat, David Bosc, Sorj Chalandon, Marie Darrieussecq, Pierre Jourde, Pierre Lemaître, Yann Moix, Boris Razon, Thomas B. Reverdy, Laurent Seksik, Chantal Thomas, Jean-Philippe Toussaint, Karine Tuil et Frédéric Verger), certains semblent sortir du lot au sein de la classe. Le livre de Karine Tuil, L'invention de nos vies, semble tenir la corde, tant pour le sujet abordé (la religion et la question de l'intégration) que pour le style tout en énergie.