Actualités

La rue de La République expose les artistes

  • Publié le 04/12/2013 à 14:50
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Depuis hier, des artistes ont investi quelques unes des boutiques vides et y exposent/vendent leurs créations jusqu'à fin décembre. L'idée est venue des commerçants eux-mêmes pour égayer la rue en cette période de fêtes. Les vitrines donnent à voir et les artistes insufflent du mouvement. Le vernissage est prévu en fin de semaine prochaine.





"Notre objectif est de changer le visage du quartier, d’éviter de voir ces boutiques inoccupées pour les fêtes", explique Christophe Gerbou de la brocante Jadis qui a porté ce projet à bout de bras. Sept des commerces délaissés sont ainsi "habités" gratuitement par des artistes aux sensibilités variées. Chaque boutique abrite une poignée de créateurs qui se relaient pour assurer une présence continue de 10h à 19h et ce 7 jours sur 7 s'il vous plait (sauf évidemment le 25 décembre).



Toiles acryliques ou aquarelles, peintures sur verre, sculptures en bois ou bronze, portraits… "C'est un showroom pendant un mois", résume Pacsale Mielvaque. Avec sa consœur Catherine Carette de l'atelier Pomcat, elles présentent leurs insolites sculptures d'animaux dans un ancien institut de beauté. Quatre autres artistes exposent avec elles et ont investi les moindres recoins des ex-cabines de soins. Pour elles, l'initiative est à saluer: "Ça nous sort de l'isolement de notre atelier, on côtoie d'autres artistes qui offrent des interprétations différentes. Ça permet de découvrir des choses qu'on a pas l'habitude de voir. Dans cette boutique, il y a deux peintres qui viennent d'Argentine et exposent habituellement à l'étranger. C'est du sang neuf", se réjouit-elle.

En face, l'ancien salon de thé héberge quatre artistes dont le seul photographe de cette exposition. Ils aménagent encore les vitrines désormais vides de toute pâtisserie. Pas facile de composer avec la configuration des lieux pour valoriser leurs œuvres. Le portraitiste lui a déjà planté son chevalet et se lance à la demande dans la caricature. "L'intérêt, c'est d'être en centre-ville et de toucher les passants, surtout en cette période de cadeaux de Noël", commente Christian Gazeau qui expose ses peintures dans l'ancienne boutique Mingot. "C'est une première. On verra ce que ça donne à la fin du mois, mais plutôt que de garder les toiles chez soi…"

Cette galerie singulière offre l'occasion aussi de rencontres improbables entre artistes et générations, amateurs et professionnels. "On s'est tout de suite bien entendu, on a même repeint la boutique", témoigne Dominique Ruiz qui expose ses livres d'artiste un peu plus loin chez l'ancien tailleur. Il sont quatre dans la place, dont une dessinatrice au stylo bille. Tous apprécient cette "opportunité d'exposer". "L'intérêt, c'est de mélanger les genres et de pouvoir se relayer pour qu'il y ait toujours quelqu'un. S'il avait fallu exposer seul, on aurait certainement décliné l'invitation." A peine installés, les artistes créent déjà une certaine animation et une convivialité qu'ils entendent bien partager avec le public.

Sur le sujet, vous pouvez également consulter notre précédent article: