Actualités

Brive Sikasso fait voir "Des étoiles"

  • Publié le 25/03/2014 à 08:22
  • Par Marie Christine MALSOUTE


L'association Brive Sikasso qui gère le jumelage coopération avec la ville malienne, présente le film Des Étoiles, ce jeudi 27 mars à 20h30 au cinéma Rex. Un regard tendre sur l'exil et sur le choix de la liberté.



diana gaye. DRLe rendez-vous est annuel, toujours à la fin mars. "Depuis 2006, nous présentons chaque année un film pour faire découvrir la culture africaine", explique le président Michel Blancher. Après avoir épuisé la filmographie du Malien Souleymane Cissé, l'association embrasse plus largement le continent africain où les thématiques se rejoignent. Brive Sikasso présente donc cette fois un film sénégalais, le premier long métrage de Diana Gaye qui a été présenté en avant-première mondiale au Toronto International Film Festival. La réalisatrice, elle-même fruit du métissage et d'histoires complexes de migrations, vit à Paris où elle a grandi et fait ses études. Née d’un père sénégalais et d'une mère franco-italo-malienne-sénégalaise, tous deux immigrés, elle connaît le sujet. Comme les villes dans lesquelles elle a tourné Des Étoiles.

Chronique douce-amère, Des Étoiles nous plonge dans la ronde des des­tins croi­sés de trois per­son­na­ges venus du Sénégal. Le temps d'une saison, en hiver, trois villes, trois destins. Entre Dakar, Turin et New-York, les trajectoires  de Sophie, Abdoulaye et Thierno se croisent, se font écho et dessinent une constellation de l’exil. Sophie, 24 ans, quitte Dakar pour rejoindre son mari Abdoulaye à Turin. l_affiche-des-etoiles-de-diana-gayeMais entre-temps, Abdoulaye est déjà parti à New-York par l’intermédiaire d’un réseau de passeurs. Thierno, 19 ans, voyage lui pour la première fois en Afrique. A travers ces trois personnages, Des Etoiles nous fait voyager dans la diversité des villes parcourues et nous confronte aux réalités et aux espoirs de l'émigration contemporaine. Des premières désillusions aux rencontres décisives, leur voyage les mène à faire le choix de la liberté.

Diana Gaye a donc choisi d’aborder l'exil en se rapprochant au plus près de ses personnages, en abordant l'intime, les "petites histoires" et non la grande retranscrite tragiquement dans nos journaux télévisés. L’exil s'y traduit tour à tour par l’émancipation, la quête de l’idéal ou de la liberté. Elle y est positive, négative, parfois violente, et la réalisatrice n’hésite pas à se rapprocher au plus près de la réalité, pas toujours reluisante. A l’image du destin de nom­breux Africains aujourd’hui. La projection sera bien sûr l'occasion pour la salle d'échanger avec les membres de Brive Sikasso, sur le film, plus largement l'Afrique, plus particulièrement le Mali ainsi que sur le travail de coopération de l'association. Ses bénévoles reviennent justement du Mali et pourront commenter la mission 2014 menée sur place.

Des Etoiles, jeudi 27 mars à 20h30 au Rex. Durée du film: 1h28. Tarifs: 9 euros dont le tiers sera reversé pour des actions à Sikasso. Infos au 05.55.23.29.01 et sur brive-sikasso.com.

des etoiles