Actualités

Des écoles d'arts plastiques réunies à Brive aujourd'hui

  • Publié le 16/05/2014 à 16:09
  • Par Olivier SOULIÉ


Le centre municipal d'arts plastiques de Brive organisait aujourd'hui une rencontre avec 18 écoles d'arts non diplômantes de toute la France. Objectif : apprendre à se connaître et réfléchir à la création d'une charte qui unirait ces établissements dédiés à la pratique artistique amateur.

Pour la première fois, une rencontre nationale entre des écoles d'arts non diplômantes a été organisée aujourd'hui, et c'est à l'initiative du centre municipal d'arts plastiques de Brive. Dès ce matin, les représentants des 18 écoles (sur 36 recensées en France) réunis dans la salle d'honneur de la mairie nourrissaient beaucoup d'espoir. L'objectif de chacun : apprendre à se connaître, à découvrir les spécificités de telle ou telle école, mais surtout poser les fondations de la création d'une Charte des Ecoles d'arts non diplômantes.



« Jusqu'à présent, nous nous réunissions entre écoles du grand Sud-Ouest », explique Bérengère Mazurie, directrice de l'école d'art André Malraux de Villeneuve-sur-Lot. « S'ouvrir aux écoles des autres régions permettra, je l'espère, d'avancer vers la réalisation de cette charte dont l'objet sera, entre autres, d'avoir un schéma d'enseignement commun concernant la pratique amateur, à l'instar de ce qui existe par exemple pour les conservatoires ».



En préambule, le maire de Brive Frédéric Soulier a notamment indiqué « la volonté de l'équipe municipale de développer la culture en cherchant de nouveaux chemins ».

Puis Jean-Maurice Souchaud, directeur du centre municipal d'arts plastiques de Brive a pris la parole, sans mâcher ses mots, notamment au sujet des politiques culturelles généralement menées par les collectivités : « Au cours des échanges que j'ai pu avoir avec les directeurs des écoles d'arts pour organiser cette journée, nous étions tous d'accord sur le fait que les établissements comme les nôtres étaient toujours la cinquième roue du carrosse ». Et le directeur de défendre la pratique amateur : « Amateur n'est pas un qualificatif dégradant. Rien de m'énerve plus que le regard parfois condescendant des professionnels. Qu'ont-ils de plus que nous ? », a lancé Jean-Maurice Souchaud.

La journée a permis d'aborder 4 problématiques, avec à chaque fois deux interventions de 15 minutes suivies de 30 minutes d'échanges : les missions des écoles d'arts plastiques, l'équipe pédagogique : enseignants et intervenants, le positionnement des écoles : relations internes et partenaires externes, l'avenir et l'évolution des structures.

Cette première rencontre nationale devrait en amener d'autres dans les années qui viennent, d'autant plus que l'Etat se montre d'ores et déjà attentif à la démarche comme en témoigne la présence aujourd'hui, au beau milieu des responsables des établissements, d'Antoine Réguillon, conseiller arts plastiques de la Direction régionale des affaires culturelles.

Ont participé à la rencontre : l'atelier d'arts plastiques Pierre Soulage de Charenton (Val de Marne), l'atelier d'arts plastiques d'Evry (Essonne), l'école d'arts de Saumur (Maine et Loire), l'école municipale des Beaux Arts de Châteauroux (Indre), l'école des Beaux Arts de Poitiers (Vienne), l'école d'arts plastiques de Riom (Puy de Dôme), l'école des Beaux Arts du Genevois (Haute-Savoie), l'association La Cour des Arts de Tulle, le centre d'arts plastiques de Brive, l'école d'arts plastiques de Libourne (Gironde), l'école d'arts plastiques la Visitation-Périgueux (Dordogne), l'école d'art André Malraux de Villeneuve-sur-Lot (Lot et Garonne), l'école municipale de dessin et peinture de Montauban (Tarn et Garonne), la Fabrique des arts de Carcassonne (Aude), l'école d'arts plastiques de Gardanne (Bouches du Rhône) et l'école municipale des Beaux Arts de la Seyne sur Mer (Var).