Actualités

Une consultation publique pour connaître "Mes priorités pour ma ville"

  • Publié le 28/05/2015 à 13:53
  • Par Marie Christine MALSOUTE
conférence de presse sur la consultation des Brivistes

"Le Brivemag' de juin qui sera distribué à partir de lundi prochain est entièrement dédié à la consultation publique "Mes priorités pour ma ville". Il est associé à un questionnaire à retourner avant le 4 juillet", a expliqué le maire Frédéric Soulier en conférence de presse. Suite à la baisse des dotations de l'Etat, la consultation ouvre en 50 questions la réflexion : "Quelle fiscalité pour quels services à la population?"



 

logo consultationC'est d'actualité: le désengagement de l'Etat frappe toutes les communes. Aujourd'hui encore, le président des maires de France François Baroin tente de négocier un assouplissement auprès du Premier ministre Manuel Valls. Pour le maire de Brive, l'alternative est simple: "soit on augmente les impôts à concurrence du désengagement de l'Etat, soit on trouve des économies à hauteur". Pour compenser cette baisse de dotation, il faudrait alors augmenter la fiscalité locale de 20 à 22 points (1 point équivalent à environ 300.000 euros de recettes). Ce qui n'est pas son engagement de campagne.

"Nous devons trouver 5 millions d'euros d'économies de fonctionnement d'ici 2017. Nous en avons déjà réaliser un million d'euros en 8 mois." Reste à définir dans quels domaines la Ville doit concentrer ses efforts... Cette consultation ouvre la réflexion sur la place publique. La méthodologie avait été approuvée par le conseil municipal du 20 mai dernier. Dans son numéro de juin, le journal municipal fait le tour des services, chiffres à l'appui: leurs coûts, leurs recettes, ce qui est payé par l'usager et ce qui est supporté par la collectivité. "Sur 100 euros, seulement 4,47 sont payés par l'usager" commente le maire.

"C'est une démarche sincère, à livre ouvert, dans une totale transparence", revendique Frédéric Soulier. "Les services ont été associés pour toute la partie documentation. On met tout sur table, dans une volonté pédagogique. C'est quelque chose de simple et d'informatif sur tout ce qui touche à la dépense de l'argent public." Pour lui, "un virage culturel".

le maire Frédéric Soulier présente la consultation publiqueAu journal, est associé un questionnaire en 50 points qu'il faudra retourner avant le 4 juillet à l'aide d'une enveloppe T dispensée d'affranchissement. Des exemplaires seront disponibles dans divers lieux publics et il sera également possible de remplir le questionnaire en ligne sur consultation.brive.fr à partir de début juin. Le questionnaire est réparti en 4 grands thèmes: la ville au quotidien; la culture, le sport, les loisirs; la ville solidaire; l'enfance, l'éducation, la jeunesse. Dans ces thèmes, des chapitres sur lequel il faudra estimer son degré de priorité.

Quant au volume de réponses, Frédéric Soulier se garde de tout pronostic. "Quel qu'en soit le nombre de retours, il y aura une lecture intéressante qui permettra de faire vivre le débat." Pour lui, il s'agit de "sentir le pouls de la population". "C'est beaucoup plus construit qu'un simple référendum", répond-t-il aux attaques sémantiques. "Il est tout à fait légitime de consulter les Brivistes en dehors des campagnes électorales", argue-t-il en prônant "une rigueur vitale face à l'impasse financière". Le maire préfère de même balayer les critiques sur la forme: "J'attends que l'opposition fasse des propositions". Deux cabinets accompagnent la collectivité dans cette démarche qui revient à 30.000 euros, "un euro par boîte aux lettres".

Pour la municipalité, il s'agit d'une "première étape". Le 4 juin, la consultation sera présentée aux 192 conseillers de quartier réunis en assemblée plénière, autant de relais dans leur secteur. Fin août, il sera possible de connaître les premiers résultats. Le 7 septembre, seront également consultés les acteurs socio-économiques rassemblés à l'Espace des Trois provinces. Les employés municipaux auront eux-aussi un questionnaire dédié en relation avec leur projet de service. La démarche permettra d'élaborer un livre blanc qui sera proposé au conseil municipal. "Le choix final appartient aux élus."