Actualités

Du lac du Causse au centre de Brive en un coup de rame

  • Publié le 06/08/2009 à 15:55
  • Par Jennifer BRESSAN
intro7 C'est leur première virée dans la cité gaillarde. Domenico est coach, Gaia est rameuse. Ils s'entraînent toute l'année à Côme, en Italie. La jeune fille de 16 ans a suivi ses amies qui participent aux mondiaux juniors à l'aviron qui ont débuté lundi. Elle ne fait pas partie des compétitrices : elle a donc quartier libre pour profiter comme bon lui semble de ce voyage. D'autant que ses amies se sont faites éliminer hier. Appréciations latines d'une gaillarde de ville. dominicoDomenico ne se fait pas prier pour partager son opinion sur la ville. Il est d'autant moins gêné de le faire qu'il est enchanté de cette venue dans le sud-ouest de la France, contrée qu'il n'avait à ce jour jamais eu l'occasion de visiter. "Fantastique" est un des termes récurrents dans sa bouche: il paraît véritablement emballé à la fois par la ville et par le Causse où se déroulent les compétitions.

Côté lac, il loue "la beauté du site, son insertion dans un environnement naturel, vert et vaste". La vue lui est délice. Il estime que "l'organisation est sérieuse : les compétiteurs sont encadrés comme il se doit". Pour ne rien gâter, le temps est, pour l'instant de la partie. Le taux d'humidité est peut-être quelque peu élevé, mais c'est bien peu au regard de la pluie qui pourrait tomber, du vent qui pourrait souffler. Un je ne sais quoi de "no man's land" envahit les environs du lac à ses yeux. C'est quelque chose qui le trouble ; il s'en amuse tout en appréciant ce grand bol d'air frais.

dans-la-rueCôté ville, il en va de même : son architecture séduit le regard du coach. "C'est une petite ville charmante sans urbanisme démesuré", affirme-t-il en anglais avec son accent italien. C'est surtout cela qui lui plaît. La gastronomie de la région ne gâte rien : c'est semble-t-il avec plaisir que le coach italien s'est familiarisé avec les spécialités régionales.

Tous deux repartent à la rencontre de la ville, le sourire sur le visage et des mots chaleureux sur les lèvres : nous sommes, à ses yeux, "very lucky" d'habiter en si délicieuse contrée. Quelqu'un aurait-il dit le contraire ?