Actualités

Bassaler: un site archéologique extraordinaire

  • Publié le 20/08/2009 à 15:37
  • Par Jennifer BRESSAN
intro28

C'est en passant par un chemin de terre serpenté et caillouteux que le chantier de fouilles, situé sur les hauteurs de Brive, se laisse approcher. Ce n'est pas un tapis rouge qui est déroulé ici aux abords du site mais un parterre de bâches qui a été déplié au sol par mesure de protection. Sur le terrain, une dizaine de jeunes universitaires bénévoles, venus de différentes villes de France et même de plusieurs pays (Italie, Corée) s'affaire. Dans leurs mains : des pinceaux, de fines truelles et des outils de dentiste. Damien Pesesse, le responsable des fouilles, est parmi eux. Les travaux ont débuté l'an passé. Cette année, commencés à l'été, ils s'achèveront le 4 septembre. C'est le moment de faire un premier bilan des avancées réalisées et des espérances futures.



fouilles-hauteur1"Ça progresse beaucoup", lance avec plaisir Damien Pesesse, docteur en archéologie. Thierry Bismuth du service régional de l'archéologie à la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) approuve: "A chaque début de fouille, on est toujours plein d'espérances. Au fur et à mesure de la progression des travaux, nos attentes sont souvent dépassées: c'est particulièrement vrai pour ce site-ci qui est véritablement exceptionnel et dont la constance dans l'occupation est rarissime". En effet, les chercheurs ont pu situer la présence humaine de -30.000 ans (paléolithique supérieur) à -2.000 ans. Ce sont leurs derniers travaux qui leur ont permis d'avancer la date de la dernière fréquentation humaine au néolithique. La nouvelle fenêtre qu'ils ont ouverte dans la terre leur a permis d'affermir ce qui n'était qu'hypothèse. Ils ont aussi découvert des parcelles datant de - 8.000 ans. Il a ainsi été possible d'élargir la séquence temporelle de l'occupation du site qui restait jusqu'alors fragmentaire.

mains-22Il est rare d'avoir affaire à telle continuité. Ils l'expliquent par des facteurs climatiques et la situation géographique du site qui a toujours été une zone de croisement, des matières premières notamment. De plus, la vallée s'étendant à perte de vue en face du site devait regorger de gibiers. De telles séquences d'occupation ne se sont retrouvées par le passé qu'en Aquitaine, il y a une cinquantaine d'années.

pinceau2Cette datation s'appuie sur les objets qui ont été retrouvés; ils apportent de nouvelles informations sur les habitudes des hommes de cette période. Damien Pesesse tient justement un silex dans sa main. Il présente de nombreuses entailles, de fines lamelles ayant dû être prélevées: il servait alors d'arme de chasse. Le fait que le silex ait été laissé sur place indique que les occupants d'alors n'avaient aucune difficulté à s'approvisionner en objet de ce type. La simple taille du silex en dit long sur l'homme qui l'a utilisé, sur ses habitudes et sa culture.

Soutenu par la DRAC et la ville de Brive, l'équipe a pu cette année acquérir un nouvel outil qui leur permet de réaliser un relevé laser des pièces. Un réflecteur est déposé à la base de chacune d'entre elles; il permet de calculer au centimètre près la position de celle-ci. L'équipe de chercheurs a donc gagné en précision et en rapidité.

Pendant cet été, ils auront pu avancer quant à la portrait-damiens1compréhension de la morphologie de la cavité qui se distingue toujours à l'arrière du site. La topographie du lieu commence à véritablement prendre forme en leur esprit, de même que les phases d'effondrement progressif de la grotte.

Dès le 4 septembre, une grande bâche de protection revêtira le site et à l'automne une couverture s'y superposera. Les orages peuvent faire d'immenses dégâts. L'effondrement d'une coupe représenterait une perte colossale du point de vue historique et patrimonial. Les cgant2hercheurs actuels ne seraient pas les seuls à déplorer cette perte: "L'esprit des fouilles a changé. Avant, il s'apparentait plus à du pillage; désormais, il est important de prendre conscience que c'est un devoir pour nous d'envisager les recherches comme un leg fait aux chercheurs des siècles à venir", termine Damien Pesesse. Grâce à la terre et aux trésors passés qu'elle enfouit, c'est la connaissance de l'homme d'hier mais aussi d'aujourd'hui qui s'élargit.





******************


fouille-trou-terre1


les-tamiseurs


thierry1


terre-tamis


pano-fond-rocher



pano-fond-ville


repere


terre1



mains1



instruments