Actualités

Les producteurs de lait désespérés

  • Publié le 23/09/2009 à 09:53
  • Par Jean René LAVERGNE
don de laitLa production laitière en Corrèze est loin d'être marginale avec 50 millions de litres de lait. Selon des sources syndicales près de 300 agriculteurs vivent exclusivement de cette production, mais ils en vivent de plus en plus mal. Hier soir Maurice Prugne installé à Puy la Mouche sur la commune de Lanteuil a ouvert son exploitation à l'heure de la traite.Maurice Prugne travaille sur cette exploitation à Puy la Mouche en GAEC. Il conduit avec son fils un troupeau d'une cinquantaine de vaches laitières. En travaillant dur, l'affaire, jusqu'à présent, permettait à la famille de vivre dans de bonnes conditions. Mais la situation n'a de cesse de se dégrader. ''L'année dernière nous vendions le litre de lait 37 centimes, aujourd'hui il part à 26 centimes. On ne peut pas continuer ainsi, on va disparaître", témoigne Maurice Prugne.

Hier soir, Maurice Prugne n'était pas seul. Des copains producteurs sont descendus jusqu'à Puy la Mouche avec le soutien du mouvement "Force Monde rural". D'autres producteurs de lait, eux aussi dans la galère. " Nous sommes nous aussi confrontés à cette chute des cours qui aura pour conséquences de mettre en péril de nombreuses exploitations", fait remarquer un producteur d'un village d'à côté.

En Corrèze, les laitiers ne déversent pas leur production dans les champs ou ailleurs. Maurice Prugne a choisi une manière moins radicale pour faire connaître sa situation et aussi la dénoncer: "Nous offrons du lait à l'heure de la traite à ceux qui le souhaitent. C'est notre façon de décliner nos craintes pour l'avenir et de dénoncer la chute des cours".

En Corrèze, on ne déverse pas des millions de litres de lait dans les prairies ou ailleurs, il  n'empêche, la crise est profonde: "Pour qu'une affaire soit rentable comme ici où l'on produit 420 000 litres à l'année, il faut que le litre soit vendu 40 centimes. La mobilisation se poursuivra jusqu'à ce que nous atteignons ce seuil, c'est le minimum syndical pour espérer vivre de son travail", martèle Pascal Coste le leader de Force monde rural.

Les producteurs sont bien décidés à ne pas en rester là, ils se retrouveront le samedi 3 octobre prochain à 14h au champ de foire du Teinchurier pour visiblement une démonstration de force.