Actualités

Jean-Jacques Bertrand président du CABCL : « Il n’y aura pas de course à l’armement »

  • Publié le 27/04/2010 à 09:52
  • Par Jean René LAVERGNE
La saison de rugby 2009-2010 s'est achevée, les Brivistes ne sont pas invités à jouer les prolongations, les voilà en vacances. Baisser de rideau et par conséquent, le moment est venu de parler bilan et avenir. Jean-Jacques Bertrand, président du CABCL, prévient: "Il n'y aura pas de course à l'armement".


Le stadium sonne creux depuis quelques heures. Les joueurs sont en "perm" au terme d'une dizaine de mois de combats acharnés qui se sont soldés par 12 victoires, 13 défaites et 1 match nul. Le moment est venu de souffler, de s'évader aussi pour oublier un peu le contexte "brivo-briviste". Sur la défaite face à Toulon qui a relégué le CABCL au 9e rang, tout a été dit ou presque, mais en y regardant d'un peu plus près, beaucoup s'accordent à penser que la saison ne s'est pas jouée sur ces dernières 80 minutes. Jean-Jacques Bertrand, le président du club, est de ceux là: "Ça s'est joué à l'automne avec cette défaite face au Racing qui nous a plongés dans le doute et la tourmente, puis sur les dernières sorties comme à Bayonne où nous payons au prix fort une première mi-temps catastrophique".

Pour ces raisons et quelques autres encore, les Corréziens sont privés de coupe d'Europe pour la prochaine campagne. Le président s'efforce de relativiser cette absence de participation à la véritable compétition continentale qui compte: "On n'a pas construit notre budget avec, dans la colonne recette, la manne engendrée par la coupe d'Europe. Nous allons disputer le challenge européen et nous espérons remplir le stade en pratiquant un rugby qui plaît".

Il n'empêche, une qualification en H Cup est l'assurance d'un bon million d'euros. Par les temps qui filent, ce n'est pas négligeable. Certes, le CABCL  va s'effacer de la scène européenne, mais le club est toujours parmi l'élite et dans le top 10 du rugby  hexagonal. ''Nous sommes toujours en reconstruction, nous nous sommes efforcés de garder notre cœur de joueurs, mais notre recrutement sera raisonné et raisonnable. Il n'y aura pas de course à l'armement, nous avons des joueurs de talent sur lesquels nous pouvons compter", prône le patron du club briviste. Jean-Jacques Bertrand évoquera à demi-mots le cas Flutey qui en tout et pour tout aura joué une petite demi-douzaine de matchs. "Je préfère l'attitude de Jamie Noon", ajoute le président. La star anglaise qui, aux dernières nouvelles, serait partie se faire soigner aux Etats-Unis à Los Angeles. Sans Flutey, mais  avec d'autres, le CABCL va préparer sereinement la compétition prochaine, on dira que cette saison qui s'en va aura donc été une année de transition.