Actualités

La petite enfance et le fret ferroviaire évoqués par Philippe Nauche

  • Publié le 29/04/2010 à 15:19
  • Par Michel DUBREUIL
Les inquiétudes des professionnels de la petite enfance et l'avenir du fret ferroviaire ont fait l'objet de deux questions écrites de Philippe Nauche auprès du gouvernement.

A la suite de la réception en mairie d'une délégation de professionnels de la petite enfance lors de la journée de mobilisation nationale, Philippe Nauche a déposé une question écrite auprès de Nadine Morano, secrétaire d'État chargée de la famille et de la solidarité.

Une crèche de la Brive. Photo archives Sylvain MarchouA travers celle-ci, le député-maire de Brive souligne la vive inquiétude des professionnels de la petite enfance et des parents d'enfants quant au projet de modification de décret.

Ce texte prévoit entre autres de porter de 10% à 20% les capacités d'accueil collectif en "surnombre" sans embauche de personnel supplémentaire. Il autorise de passer de 50% à 60% la part de personnel non qualifié dans les crèches au détriment des postes de professionnels qualifiés (puéricultrices, auxiliaires de puériculture, éducateurs de jeunes enfants).

Ces modifications affecteraient inévitablement la qualité d'accueil et d'éveil des bébés et jeunes enfants, les conditions de travail de l'ensemble des personnels, mais aussi les conditions de sécurité. Elles diminueraient également les relations individualisées avec l'enfant, sur la nécessité desquelles les différents acteurs (médecins, psychologues, puéricultrices, auxiliaires...) sont unanimes.

Philippe Nauche a donc rappelé son souhait de connaître les intentions du gouvernement quant à ce projet et les réponses qu'il entend donner aux préoccupations légitimes des parents de jeunes enfants.

Fret ferroviaire en difficulté



Dans le prolongement de la réception d’une délégation de cheminots en mairie de Brive, Philippe Nauche a également adressé une question écrite à Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat chargé des transports.

Photo Diarmid CourrègesA travers cette dernière, le député-maire s’inquiète des difficultés que rencontre le fret ferroviaire en France, difficultés notamment dues aux nombreux plans de destruction qu’il a subis à travers l'abandon de nombreux trajets jugés pas suffisamment rentables et le démantèlement de nombreuses infrastructures ferroviaires. Ainsi, à Brive, l’activité fret de la SNCF perd de très nombreux emplois chaque année par suppression de postes non remplacés et externalisation de cette activité.

Le député-maire de Brive souligne qu’un tel abandon va renforcer le recours au transport routier et ceci en contradiction avec les termes de la loi Grenelle 1 qui s'est donné pour objectif de faire croître de 25 % d'ici à 2012 la part de marché de fret non routier.

Philippe Nauche a donc demandé au secrétaire d’Etat chargé des transports de lui préciser la position du gouvernement sur l'avenir du fret ferroviaire et de lui indiquer les mesures qu'il compte prendre pour éviter que des pans entiers du territoire français ne soient progressivement exclus de ce type de transport.