Actualités

Une famille dans la course

  • Publié le 26/05/2010 à 08:00
  • Par Marie Christine MALSOUTE
La famille De Marcos

Dans la famille De Marcos, je voudrais le père, la mère, la fille et les deux jumeaux. Tous les cinq courent, chacun à son rythme, contre le chrono mais d'abord et surtout pour le plaisir. Ils ne manqueront pas bien sûr de s'aligner ce vendredi 28 mai aux 10km de Brive, les unes dans la populaire, les autres dans le grand prix. Comme eux, nombre de familles s'inscrivent de plus en plus à Courir à Brive qui offre ainsi une dimension très conviviale. A chacun sa course, avec des supporters tout acquis qui se relaient.



Hélène et De MarcosC'est Hélène, l'ainée, qui a en quelque sorte aspiré la tribu vers la course il y a de cela une quinzaine d'années. "J'avais 14 ans et j'étais sprinteuse au CAB athlétisme. La famille venait me soutenir dans les tribunes et de temps en temps, on allait courir ensemble." Le père s'y est sérieusement mis, les frères n'ont pas tardé à lâcher le foot, "moi, j'ai suivi", soupire Marie, la maman.

"Un an plus tard, on a fait notre première course ensemble à Estivaux, mes frères avaient alors 6-7 ans", se rappelle Hélène. Et depuis, ils continuent à courir. "C'est devenu une passion, on s'est fait des amis dans le milieu de la course. C'est très convivial. On se regroupe lors des repas d'après course et on passe de bons moments", explique Marie.

Aujourd'hui, les enfants sont à Limoges. Hélène, 28 ans, y travaille depuis 7 ans comme infirmière et les jumeaux de cinq ans plus jeunes, y poursuivent également leur études: Anthony est élève ingénieur en matériaux et Mario termine une licence professionnelle d'administrateur de réseaux. Par la force des choses, la famille s'entraîne séparément en semaine, les enfants de leur côté, les parents du leur, mais le week-end venu, la tribu se retrouve pour des sorties communes.

De Marcos les hommesToujours en famille, ils s'alignent sur la plupart des courses sur route de la région. Et comme c'est la maman qui se charge généralement de prendre les inscriptions en bloc, leurs numéros de dossards se suivent comme les membres d'une même tribu. "On fait surtout des 10km et des semi-marathon", précise la fille. "Ce que je préfère, ce sont les courses relais, comme la médiévale à Donzenac", surenchérit la maman. Tout un symbole!

"On fait des petites courses d'ici", minimise humblement Marie: "Brive, Argentat, Tulle, Donzenac, Ussac, les foulées MLK, Pompadour... et même Limoges." Les deux garçons y sont au coude à coude. Ils ont d'ailleurs remporté il y a quinze jours le semi-marathon en relais de Vayrac et si Anthony a gagné cette année la corrida d'Ayen, demain ce sera peut-être Mario.

Les cinq ont beau formé un clan solide, chacun entretient ses préférences. Anciens du CAB, ils se sont éparpillés dans des clubs différents, au gré de leurs affinités: le papa est licencié à Branceilles, la fille au TAC de Tulle, les frères adhèreront l'an prochain à Ussel et la maman court pour elle-même.

Et à chacun ses enjeux. Pour l'imminente édition de Courir à Brive, Hélène qui boucle les 10km en 44', ira chercher sa qualification pour les France. Mario également, en moins de 34'. Anthony l'a déjà acquise à Argentat. Le père en V3 se motive sur un challenge personnel et coure sereinement la distance en moins de 38 minutes. "Mon objectif, c'est simplement de finir mes courses, sans avoir mal nul part", relativise Marie. Le plaisir, avant toute chose.

Comme eux, ils sont plus de 1.750 de tous âges à s'être déjà inscrits à cette 18e édition de Courir à Brive, dont plus de 1000 enfants. Un poste d'enregistrement est installé chez MLK, rue de l'Hôtel de Ville. Vous pouvez également vous inscrire sur le site, mais il vous faudra aller retirer dossard et puce à la boutique. C'est la dernière ligne droite avant le jour J et les courses.