Actualités

Transmettre son entreprise, ça s’anticipe

  • Publié le 10/12/2010 à 08:37
  • Par Marie Christine MALSOUTE
compo entreprise

Céder son entreprise à l'âge de la retraite se prépare bien avant l'heure. Entre 2 à 3 ans avant pour vendre dans les meilleurs conditions. Or, la réalité témoigne trop souvent du contraire, avec des conséquences aussi sur l'emploi et l'économie. Un sujet particulièrement crucial en Corrèze où 45% des chefs d'entreprise ont plus de 50 ans et attendent le dernier moment, négligeant de valoriser leur patrimoine et quelquefois de le rendre simplement "vendable". Pour les aider à y voir plus clair, la CCI et Reprendre et transmettre magazine organisent une conférence ce mardi 14 décembre à 17h30 en présence d'experts.



Guy Farges"Jusqu'à 60 ans, je ne m'étais pas trop posé le problème de la transmission", témoigne Guy Farges qui possédait une scierie familiale à Egletons. C'était en 2002 et l'entreprise employait alors 32 salariés. "Je pensais que l'un de mes deux enfants prendrait la suite, mais ça ne s'est pas fait. Il m'a fallu un un plus de deux ans pour trouver les bons repreneurs, un groupe familial de Nantes. Cette scierie, on l'avait créée avec mon père. Je voulais qu'elle continue à se développer et que les emplois soient maintenus, c'était même plus important que l'aspect financier." La scierie emploie aujourd'hui plus de 80 salariés. "Les repreneurs ont beaucoup investi et ils ont encore d'autres projets", se félicite l'ancien patron qui rend régulièrement visite à ses successeurs.

Le cas de Guy Frages vaut pour son exemplarité car la réalité est souvent bien autre: nombre d'entreprises périclitent, faute de trouver à temps un repreneur, avec des conséquences fatales sur l'emploi et l'économie locale. Un problème crucial pour la chambre consulaire qui a monté en 2006 un service dédié à la transmission des PME-PMI afin d'accompagner cédants et repreneurs dans leur projet. Diagnostic, diffusion de l'offre, mise en relation, formation du repreneur... autant d'outils mis en place pour réussir au mieux ce passage.

"Il faut que les dirigeants comprennent qu'une transmission est un acte normal dans la vie d'une entreprise", martèle Noël Plane, chargé de mission transmission pour la Corrèze. "Il faut l'anticiper, la préparer. Aujourd'hui, quand un dirigeant veut vendre, il ne veut surtout pas que ça se sache, en parler... C'est dur de vendre en silence." D'où des actions régulières de sensibilisation auprès des chefs d'entreprise pour leur en faire prendre conscience.

100 jours pour maximiser la valeur de son entrepriseSans compter qu'il faut s'y prendre 3 à 5 ans avant! "Quand un dirigeant décide de céder son entreprise, il ne faut pas qu'il commence à baisser les bras. C'est dans la dernière ligne droite qu'il faut maximiser la valeur de l'entreprise", ajoute le chargé de mission. C'est d'ailleurs le thème du tour de France de la transmission d'entreprise qui fait étape à Brive ce mardi 14 décembre: "1.000 jours" pour maximiser la valeur de son entreprise en vue d'une cession. Une conférence qui peut également intéresser plus largement les dirigeants d'entreprises en croissance ou sous-performantes.

En Corrèze, 45% des chefs d'entreprise en industrie, commerce et services, donc près de la moitié, ont plus de 50 ans. Autant de patrons qui devraient sérieusement se préoccuper du devenir de leur société après eux.

Plus d'infos auprès de Noël Plane 0555.189.440 et sur le site de la CCI.