Actualités

Ensemble pour sensibiliser les lycéens aux addictions

  • Publié le 22/03/2011 à 10:18
  • Par Olivier SOULIÉ
Une convention "Prévenir ensemble" était signée hier au centre hospitalier de Brive

Comment faire acte de prévention sur les addictions telles que le tabac, l'alcool ou les drogues auprès d'élèves de seconde de manière efficace? Peut-être en concevant des supports pédagogiques directement avec des élèves. Les lycéens parlent aux lycéens. Un projet né en 2009 et qui vient d'aboutir à la signature d'une convention entre les partenaires de l'opération "Prévenir ensemble".

Une convention "Prévenir ensemble" était signée hier au centre hospitalier de BriveAutour de la table, des représentants de plusieurs structures départementales: la Ligue contre le cancer, l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA), le Centre de soins spécialsés aux toxicomanes (CSST), la Mutualité française et l'Instance régionale d'éducation et de promotion de la santé (IREPS). Ensemble, ils signaient hier la convention "Prévenir ensemble", qui formalise le partenariat existant depuis 2009.

Lors de l'année scolaire 2009 - 2010, des élèves de seconde ont conçu des outils pour évoquer les addictions comme le tabac, l'alcool et les drogues, essentiellement le cannabis. Ces supports là, des jeux, des capsules radiophoniques sur les préjugés liés aux addictions, un court métrage et des affiches composées de dessins, collages et textes, ont ensuite servi à sensibiliser les élèves en seconde cette année. Ils serviront à nouveau dès la rentrée prochaine.

Une convention "Prévenir ensemble" était signée hier au centre hospitalier de Brive"Il faut souligner le rôle très important de l'Education nationale. On n'aurait évidemment pas pu mener l'opération sans eux", a précisé Dominique Oriol, directrice de l'ANPAA 19. Aux côtés de représentants des lycées Danton et Cabanis, le proviseur du lycée d'Arsonval Jean-Yves Soulier s'est félicité que l'on "donne la parole à des élèves de seconde sur le sujet des addictions afin qu'ils conçoivent des supports qui parleront aux futurs élèves". Une démarche qu'il pense "plus efficace que les discours de gens aux cheveux gris".

Un point de vue confirmé par l'animatrice de l'ANPAA Vanessa Trémouille: "Les jeunes nous ont souvent dit, lors de nos interventions dans les classes, que le discours des parents est souvent trop moralisateur. Le message passe mieux quand il vient d'autres jeunes du même âge."

Une convention "Prévenir ensemble" était signée hier au centre hospitalier de BriveLes différents supports n'ont pas été conçus pour finir dans un placard, et c'est heureux. Ils ont déjà servi de multiples fois: présentation de l'ensemble des outils en juin dernier au personnel et à des élèves de seconde du lycée d'Arsonval, exposition des affiches du 28 mai au 15 juin, outils utilisés depuis juillet dernier dans les centres de loisirs et les lycées corréziens, capsules radiophoniques diffusées sur deux radios locales durant l'été 2010, utilisation des jeux et diffusion des spots radios et du court métrage lors de séances en groupe dans les lycées partenaires (d'Arsonval, Cabanis, Danton et lycée agricole de Naves).

"Lorsqu'on fait des opérations de prévention, on ne peut pas, par principe, mesurer les résultats", explique Vanessa Trémouille. "Néanmoins, pas mal de jeunes nous disent que, même s'ils ont déjà été informés au collège, ils ont besoin de piqûres de rappel. Et puis, si, sur une classe de 25, il y a un seul élève qui va réfléchir aux addictions pour s'en prémunir, alors notre mission est réussie."

Une convention "Prévenir ensemble" était signée hier au centre hospitalier de Brive

Une convention "Prévenir ensemble" était signée hier au centre hospitalier de Brive