Actualités

« C’est 50km/h en ville, au dessus c’est trop vite »

  • Publié le 11/05/2011 à 10:09
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Action de sensibilisation avenue Jean-Jacques Rousseau

"A 60km/h, il faut 8 mètres de plus pour s'arrêter qu'à 50km/h", s'entend expliquer ce matin un automobiliste en infraction par un conseiller de quartier. Pas de verbalisation car il s'agit d'une action de sensibilisation contre la vitesse excessive en ville, mais qu'on se le tienne pour dit. L'opération est menée aujourd'hui dans les quartiers Ouest et Sud et mercredi prochain à l'Est et au centre.



Action de sensibilisation avec des conseillers de quartierUn cinémomètre en amont pour évaluer la vitesse et quelques mètres plus loin la police nationale ou municipale stoppe les véhicules contrevenants. Aussitôt, des conseillers de quartier en gilet de sécurité jaune prennent le relais et expliquent les dangers de rouler au dessus de la vitesse autorisée. D'abord inquiets, les visages des conducteurs pris en faute se détendent, la conversation s'instaure pour une meilleure prise de conscience. Au final, les conseillers habitants du quartier remettent un dépliant édité spécialement pour l'occasion mentionnant des chiffres propres à la cité gaillarde. D'où il ressort entre autres qu'ont eu lieu en 4 ans à Brive 631 accidents corporels ayant fait 8 tués.

Ce matin, les actions se déroulaient sur deux des quartiers: avenue Jean Alvitre pour l'Ouest et avenue Jean-Jacques Rousseau pour le Sud. Action de sensibilisation avec des conseillers de quartier avenue Jean AlvitreDeux axes choisis justement parmi ceux qui comptent le plus d'accidents comme le révèle la carte sur le dépliant. Si sur le premier axe, les excès constatés (commis en majorité par des professionnels) ne dépassaient que de peu la limite autorisée, il en allait autrement sur la seconde voie où les abus sont plus nombreux et plus conséquents: 11km/h de plus pour un scooter!

"Les gens n'ont pas la sensation de rouler trop vite et surtout n'ont pas conscience des dangers qu'ils courent ou font courir: un piéton percuté à 60km/h a 85% de risques d'être tué contre 30% à 40km/h. La plupart n'ont même pas vu le cinémomètre et c'est une avenue qu'ils utilisent régulièrement", expliquent les conseillers de quartier mobilisés sur le terrain.

av jj rousseauTout est parti justement des conseils de quartier, très souvent interpellés par leurs congénères pour des problèmes d'incivilité. Ils ont donc décidé de créer un groupe de travail qu'ils ont nommé "Civilité ou comment bien vivre ensemble dans la cité" pour réfléchir à la question et tenter d'apporter des éléments de solution. conseillers de quartier Participent à ce groupe de travail inter-quartiers, des représentants du conseil municipal des jeunes et du conseil des sages qui seront également présents sur le terrain.

Le groupe a ciblé trois domaines principaux: la circulation, le bruit, l'hygiène et la propreté urbaine. C'est sur la circulation que le groupe a souhaité travailler en priorité circulation et notamment la vitesse excessive. L'action a donc été montée en partenariat avec le service municipal de démocratie participative, les services de police nationale et municipale et la sécurité routière.

dépliants