Actualités

Leather Academy revient avec "Pay Day"

  • Publié le 18/06/2013 à 08:05
  • Par Jennifer BRESSAN


Formé en avril 2010, à la faveur d'un concert donné au théâtre des Gavroches et soutenu par Les Treize arches (à lire ici), le groupe Leather Academy revient avec le titre Pay Day dont le clip a été tourné en Israël.

Le début de leur aventure renferme sa part de hasard: "A l'époque, j'animais une émission de radio et Yaël Brener m'avait envoyé une démo", commence le multi instrumentiste Thierry Dumas. "Des chansons piano chant batterie, assez minimalistes. Je suis tombée sous le charme immédiatement. Après qu'on ait sympathisé, j'ai enregistré à sa demande et pour m'amuser, guitare et clavier sur une de ces maquettes. Ça nous a plu!" L'aventure démarrait alors et le groupe se formait lors d'un concert donné au théâtre des Gavroches avec le soutien des Treize arches. C'était il y a 3 ans, l'acte fondateur du groupe Leather Academy.

Depuis lors, il y a eu de nombreuses compositions, l'enregistrement d'un six titres autoproduit et beaucoup de scènes: le festival de Sédières, Ô les Choeurs à Tulle, mais aussi à Limoges, Paris, Bordeaux... "partout où c'était possible en fait", lâche Thierry. Mais la chose n'est pas si aisée. "Nous sommes dans l'impossibilité de vivre dans le pays de l'autre" alors, depuis leur ville, Tel Aviv pour Yaël, Brive pour Thierry, ils composent. "Dans ces conditions inhabituelles, on essaie de faire sonner les choses le mieux possible. On n'a pas de réelle méthode mais on fonctionne dans la réciprocité." De l'avis de Thierry Dumas, étonnamment, les choses pourraient être bien plus difficiles: "Yaël a une manière précieuse et rare d'harmoniser nos compositions, ce n'est pas attendu mais c'est toujours bienvenu."

Il poursuit: "Avant de nous rencontrer, nos compositions parlaient des choses qui nous touchaient, chacun de notre côté; à présent, nous n'amenons dans notre musique que ce qui appartient à notre histoire. C'est le cas de Pay Day. "C'est une des chansons qu'on préfère et qu'on n'aurait pas pu faire l'un sans l'autre", décrypte Thierry Dumas. "Cette chanson", poursuit-il, "comporte un leitmotiv qui s'inscrit dans l'inconscient, elle a des résonances néo romantiques et un peu psychédéliques." Elle est authentique. Authentique au sens où le duo, étant autoproduit, profite à pleines dents de leur liberté et crée avec leurs tripes, leur cœur. "On a les avantages de nos inconvénients", explique-t-il. Pour l'instant, tant qu'on nous ne le demande pas, tant qu'on n'est pas signé, on ne veut pas se fondre dans un moule: puisqu'on fait les choses seul, on choisit de les faire à notre façon."

C'est aussi ce qu'ils ont fait pour le tournage du clip de Pay Day. "J'ai dimensionné le script pour un territoire lointain. Je me suis rendu compte après coup, que c'était l'occasion pour moi d'aller là bas." Là-bas, c'est en Israël, chez Yaël. Une formation au 400 à Saint-Viance, un petit appareil et beaucoup d'enthousiasme en poche, Thierry Dumas s'est lancé dans ce nouveau défi, celui du clip: "On a tourné partout, de nuit, pendant le carnaval, dans un ascenseur, sur les rives de la mer Morte. A chaque fois, je faisais la mise au point sur elle et je lançais le magnéto pour le playback!" Un tournage inédit et inoubliable, réalisé avec les moyens du bord mais chargé d'émotions qui rayonnent dans le montage final, par-delà certaines petites imperfections que Thierry Dumas ne prétend pas nier.

Aujourd'hui plus que jamais, le duo continue de travailler, d'espérer. "On s'est inscrit à plusieurs concours et on a des projets de collaborations qui vont nous entraîner là où la musique bastonne un peu plus! Le Département et peut-être même la Région vont également nous aider à financer un nouvel enregistrement d'un 7, 9 ou 11 titres dont certains seront en chinois, en hébreu ou encore en anglais." Leather Academy continue de regarder haut et loin, par-delà les frontières et trace son chemin "constitué de beaucoup de peut-être, mais jalonné de plein de bonnes surprises", termine Thierry Dumas.