Actualités

Thierry Poupard à fond dans la Transe Gaule

  • Publié le 22/07/2011 à 08:48
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Thierry Poupard

C'est la course pédestre individuelle la plus longue de France, en 18 jours consécutifs de la Manche à la Méditerranée pour un total de 1.150km! Il faut être ultrafondu pour oser s'inscrire à la Transe Gaule. Un licencié du PBAC (Pays de Brive athlétique club), Thierry Poupard, sera de cette 9e édition qui débutera le 10 août.



Retour aux sources pour Thierry Poupard. Après les routes et chemins grecs, la traversée de la Vallée de la mort en Californie et d'autres courses "ultra" hors frontières, le Briviste renoue avec l'hexagone. "Un Corrézien à l'assaut de la Gaule", s'amuse-t-il. "La Transe Gaule est une bonne façon de découvrir la France en courant, une véritable aventure non galvaudée." Inutile de dire qu'il faut savoir avaler du bitume pour oser prétendre s'inscrire à cette diagonale qui traverse la France de Roscoff à Gruissan. Ils seront au plus 50 engagés dont une douzaine de féminines. Moyenne d'âge: entre 50 et 51 ans. La palme revient à un Américain habitué de l'épreuve, Don Winkley, qui affiche allègrement 73 ans. Talonné par l'Allemande Sigrid Eichner, une jeunotte de 70 ans. Inusables les doyens! Certains d'entre eux accumulent d'ailleurs les "étoiles", distinction décernée chaque année à ceux qui finissent la course.

Affiche Transe GauleLe vétéran briviste, 57 ans au compteur, a tout à fait sa place dans l'équipée. Il est tombé dans la discipline il y a une trentaine d’années et donne d’ailleurs de l’ultrafond une définition extrême: “au dessus des 100km et no limit”, plaisante-t-il à peine. Il va être servi: 1.150km, rien que ça, entre deux mers, entre Finistère et côte languedocienne. It's a long way... pourra-il fredonner sur le parcours: 18 étapes de 50 à 77km, sur 18 jours consécutifs, sans aucune journée de repos comme dans le Tour cycliste. Qui plus est: chacune doit s'effectuer à une moyenne de 5,5km/h, minimum imposé, sinon, ce serait trop facile! En deçà, c'est l'élimination. Des règles simples, sans fioriture. Comme l'esprit qui domine cette Transe Gaule.

Au delà de l'exploit, ce qui séduit Thierry Poupard, c'est aussi l'ambiance de la course: "un climat de droiture, d'intégrité, de fair play et de fraternité propre aux ultramarathoniens" pour ces coureurs qui vont former comme une famille face à l'adversité du chemin. Avec toujours en mémoire "le super roman de Tom Mc Nab", La grande course de Flanagan. Une autre épreuve de folie: 5.063km à travers les Etats-unis. Notre Briviste est parti de même pour relever un pari aussi insensé qu'audacieux.