Actualités

Lise de la Salle rayonne au sein d’un concert virtuose

  • Publié le 11/08/2011 à 12:30
  • Par Jennifer BRESSAN
Concerto classique / orchestre

L'éclectisme et la virtuosité étaient au programme du concert d'hier soir coproduit par l'Eté musical de Saint-Robert et le Festival 1001 Notes, en partenariat avec la Ville de Brive. Réunis sur la scène du théâtre municipal, Lise de la Salle, grand nom du piano, Franck Pulcini, trompettiste de talent et l'Orchestre de Chambre de la Nouvelle Europe ont offert deux heures de délice musical plein de fraîcheur et de gaieté.

Relevé de mains et d'archersLe Festival 1001 Notes, qui se poursuit un peu partout en Limousin jusqu'au 11 août, a fait son unique étape à Brive hier soir au théâtre municipal. Le concerto au programme varié composé de Mozart, Neruda, Haydn, puis après l'entracte, Mendelssohn, Alexandre Benéteau et le grand final de Chostakovitch, a fait alterner sur scène la jeune pianiste virtuose Lise de la Salle et le trompettiste du cru Franck Pulcini, né à Limoges et lauréat de nombreux concours internationaux.

Tandis que Lise de la Salle et Franck Pulcini vont et viennent sur scène, l'Orchestre de Chambre de la Nouvelle Europe demeure: il a assuré avec talent l'interprétation du programme, le trompetiste, Franck Pulciniportée par la qualité de ses membres, tous solistes d'envergure internationale. Enfin aux commandes, il y a Nicolas Krauze, chef d'orchestre - et créateur- de l'Orchestre de Chambre de la Nouvelle Europe qui est aussi directeur artistique du Festival des 1001 Notes depuis 3 ans. Atypique et passionné, c'est merveille que de le regarder prendre à bras le corps la direction des musiciens avec toute la fougue qui emporte ses mouvements dans des sommets d'arabesque ou, au contraire, dans de virulentes saccades.

portrait de LiseAu centre de la scène, il y a enfin la blondeur éclatante de Lise de la Salle qui du haut de ses 23 ans, absorbe tous les regards et semble jouer comme elle respire. Tandis que ses doigts s'activent avec frénésie et minutie sur les touches de son piano, sa gestuelle et son attitude semblent indiquer qu'elle incarne tout à fait la musique et prolonge sa résonance. La virtuosité de celle qui a donné son premier concert à 9 ans, qui est entré au Conservatoire national supérieur de Paris à 11 ans et qui interprète le 2e concerto de Beethoven à 13 ans, saute alors aux yeux. Le concert débuté sur l'air bien connu de La Petite musique de nuit de Mozart s'est terminé par le final éclatant du concerto pour piano et trompette de Chostakovitch, tant apprécié que les musiciens sont venus l'offrir une seconde fois à un public peu avare d'applaudissements et d'éloges.

Retrouvez tous les prochains rendez-vous du festival 1001 Notes en cliquant ici et de l'Eté musical Saint Robert, ici.

Concerto classique / orchestre

carré

les deux trompettes

Lise absorbée

remerciements au compositeur Alexandre Benéteau

dédicace