Actualités

Parce que ça le « veau » bien

  • Publié le 04/10/2011 à 13:59
  • Par Marie Christine MALSOUTE
Foire primée au veau de lait sur le foirail du Teinchurier

Brume et beuglements au petit matin sur le foirail du Teinchurier où était rassemblés une centaine de veaux de lait sous la mère, spécialité régionale. Un mardi sur deux, l'entrée Ouest de Brive fleure ainsi la campagne et les racines terriennes. Aujourd'hui, c'était surtout foire primée: un enjeu pour les éleveurs, tant financier que de prestige. Surtout un marché référencé au niveau national.



Pesage7h. L'astre du jour rase à peine le foirail que les premiers éleveurs déchargent leurs animaux. Le temps d'installer les veaux, le jury passe en revue les bêtes de concours et c'est l'ouverture du marché, 8h30. "En moins d'une demi-heure, tout est plié", assure déjà Jean-Claude Deschamps, conseiller municipal délégué aux affaires agricoles.

Il faut être de la partie pour comprendre les subtiles transactions négociées d'un regard ou d'un geste à peine esquissé. Un rituel que Benoît Lac, conseiller à la chambre d'agriculture, a parfaitement intégré: "La viande est appréciée sur pied, sur l'animal vivant." Le contrôle pesage par les agents municipauxPremier critère: la couleur. Blanche, c'est le summum, rose clair ou rose. "On peut l'estimer aux gencives. Mais il y a aussi le rendement de la bête et la qualité de son gras." Bref, tout ça est très technique, d'autant que les acheteurs brouillent souvent les pistes en faisant mine de ne pas s'y intéresser.

Aujourd'hui, 20 veaux sont primés par une plaque et 10 autres reçoivent un macaron. Le Grand prix d'excellence est revenu à Didier Veysset, un habitué de Louignac. "On est sur du label rouge, la qualité supérieure, avec une viande qui en sera valorisée et qui est destinée aux boucheries traditionnelles", explique Jean-Claude Deschamps. PlaqueIci, les négociations se font toujours en francs même si elles sont réglées en euros. "Les mieux primés sont négociés à 58F le kilo, mais le prix moyen se situe entre 30 et 35F. C'est le jeu de la concurrence. Les cours établis sont ensuite publiés dans les journaux officiels."

Didier Veysset qui a obtenu le grand prix d'excellence reçoit la coupe de la Ville de Brive des mains du conseiller municipal  Jean-Claude Deschamps. Au centre le sous-préfet Guy Mascrès. A n'en pas douter, ces marchés primées sont d'importance pour le monde agricole qui s'y rassemble. "Ces foires permettent de maintenir les cours et de tirer la qualité vers le haut", insiste l'élu. "Nous en organisons 4 ou 5 dans l'année." La prochaine aura lieu mardi 20 décembre. En attendant, un mardi sur deux, éleveurs et acheteurs se donneront toujours rendez-vous chaque mardi, en alternance entre Brive et Objat. Vous avez tous loisir de venir humer cette ambiance si particulière.

Foire primée au veau de lait