Actualités

La République et les enfants hospitalisés

  • Publié le 09/11/2011 à 13:46
  • Par Patrick MENEYROL
intro pediatrie

L'association des commerçants de la rue de la République remettait aujourd'hui un chèque à l'APICEMH au service pédiatrique de l'hôpital.le cheque devant la fresque1250 euros. C'est la somme qu'a récolté l'association des commerçants de la rue de la République au cours de ces ventes de livres d'occasion ces dernières années.

Les commerçants bénévoles avaient déjà remis un chèque de 400 euros en 2008. Cette fois, ils ont préféré regrouper plusieurs années pour que la somme soit plus importante.

Le principe est simple. Toute l'année les habitants désireux de se débarrasser de certains de leurs livres sont invités à les amener chez les commerçants de la rue qui 2 fois par an, les vendredis et samedis, de 9h à 19h,  généralement en mars et en septembre, les vendent place Marcel Hyllaire. Une vente, presqu'un don, car chaque ouvrage est vendu 3 euros maximum.

L'argent ainsi récolté est ensuite reversé dans sa totalité à l'APICEMH (l'Association d'initiation et de pratiques culturelles pour les enfants en milieu hospitalier). Comme son nom l'indique, cette association participe au bien être des plus jeunes qui se retrouvent, pour une raison ou pour une autre, confronté à l'hôpital. Un traumatisme ou tout au moins une angoisse que l'APICEMH tente d'apaiser en faisant intervenir des artistes et des professionnels toutes les semaines.

vitrine trainConteurs, magiciens, clowns, ils viennent égayer le quotidien des enfants. Certains artistes les font aussi participer à de nouvelles créations comme Senzo qui a créé avec eux la fresque qui se trouve à l'entrée de l'hôpital, ou la décoration du préau qui y est accolé.

L'argent des commerçants de la rue de la République permet aussi de participer à l'amélioration du cadre de vie des patients du 11e étage de l'hôpital (service pédiatrique) en facilitant la mise en place de vitrines thématiques. Une fenêtre qui s'ouvre sur des choses un peu plus sympathiques que la maladie.