Actualités

Malemort, des fouilles prometteuses

  • Publié le 15/12/2011 à 15:28
  • Par Patrick MENEYROL
Une campagne de sondages archéologiques prend fin sur la butte du castrum de Malemort au dessus du village ancien. Les premiers constats sont intéressants et laissent supposer une implantation importante dès le début du Moyen Age.

C'est la municipalité de Malemort qui est à l'origine de cette campagne de sondages. Elle souhaite en effet vérifier l'importance et la richesse du lieu pour réfléchir à sa mise en valeur. Le service régional d'archéologie de la DRAC du Limousin a donc prescrit au préalable une étude de reconnaissance archéologique afin de mieux comprendre les vestiges enfouis, et ceux encore en élévation, de façon à conseiller et orienter d'éventuels projets de valorisation. Les élusCette étude, menée depuis la mi-novembre par une équipe d'archéologues médiévistes de la société Hadès de Toulouse (bureau d'investigations archéologiques), prend fin aujourd'hui. tour verticaleL'occasion d'une visite sur les lieux.

Pour les chercheurs et fouilleurs, le site a un potentiel qu'ils qualifient de "remarquable". Des seigneurs de Malemort sont connus par des documents historiques depuis le 10e siècle et le castrum est, lui, mentionné dès 1010 dans un parchemin. L'histoire du lieu est donc très ancienne et  à priori riche, historiquement parlant.

On est en présence, semble-t-il, d'une place importante avec un bâti très imposant pour l'endroit. Les premières investigations ont en effet montré qu'un grand bâtiment en brasier, très bien construit, et composé comme la tour qui est encore partiellement debout, de mur de 2 mètres d'épaisseur, existait dans le prolongement de celle-ci. Ce bâti serait même antérieur et pourrait remonter au 12e voir au 11e siècle. Il est probable également qu'il ait existé, à l'opposé de la tour restante, une seconde tour toute aussi grande.

tour et maisonPlus au sud, à proximité de pans de murs effondrés, les sondages ont mis à jour les vestiges d'un massif maçonné quadrangulaire encastré dans le rocher. Cette découverte, associée à quelques aménagements proches creusés dans la roche, laisse à penser là aussi à l'existence d'un autre bâtiment médiéval disparu. Un autre long mur a été découvert, cette fois dans le sens de la pente.

Tout cela reste à démontrer par les archéologues qui, par nature, sont prudents en attendant des éléments plus probants. L'équipe qui termine les sondages rendra dans les prochaines semaines un rapport qui devrait être le point de départ d'un véritable programme de fouilles.




la tour éclairée