Actualités

L’appel des handicapés aux candidats

  • Publié le 21/03/2012 à 08:20
  • Par Patrick MENEYROL


apf

L'association des paralysés de France (APF), délégation de la Corrèze, invitait hier après-midi les différents candidats à la présidentielle, mais aussi aux législatives, à venir se prononcer sur le pacte 2012. 12 engagements républicains définis par les personnes à mobilité réduite sur lesquels elles souhaitaient que les candidats s'engagent.

N. VEZINEL'APF a listé 12 objectifs et les actions nécessaires pour les atteindre et permettre que la devise "liberté, égalité, fraternité" soit une réalité pour les personnes atteintes de handicaps, physiques ou mentaux. Elle invite les futurs élus à signer ce document, véritable pacte pour une société ouverte à tous. Selon l'association, ces 12 engagements sont fondamentaux. Ils constituent la "base incontournable" pour toute politique qui veut s'appuyer sur le "vivre ensemble", sans exclusion.

Sigle12 engagements qui représentent un investissement social et économique pour notre société, dans un esprit de développement durable, vitale pour les générations futures. La loi de 2005, visant à favoriser l'insertion des personnes en situation de handicap, a "permis de bonnes avancées, notamment en Corrèze", reconnait Noël Vézine, le représentant départemental de l'APF, "mais elle contient en elle des freins dont les élus doivent être conscients". De plus, selon lui, "la loi qui impose des aménagements réels pour 2015 ne sera pas honorée, et dans beaucoup de communes".

Les 12 engagements sont donc, pour l'APF, des passages obligés. Ils concernent l'accessibilité, des bâtiments, des transports, de la voirie, mais aussi des produits de consommation ou autres qui doivent être, aussi, pensés pour les handicapés. De l'accueil à l'école avec la possibilité d'avoir des auxiliaires de vie scolaire pour chaque enfant. De l'égalité face à l'emploi. FauteuilsDe la possibilité d'exercer ses droits. De celle d'avoir une vie sentimentale et sexuelle à part entière avec la mise en place de services d'accompagnement sexuel. L'APF insiste également sur le droit à des ressources suffisantes car actuellement l'aide à l'adulte handicapé est comprise entre 700 et 900 euros, c'est à dire en dessous du seuil de pauvreté. Elle souhaite aussi l'accès aux soins pour tous et sur tout le territoire, la reconnaissance du "risque autonomie" par la sécurité sociale quelque soit l'âge et la raison du handicap, et enfin de nouveaux droits pour les aidants familiaux et les proches.