Actualités

Un train mythique pour la foire du livre

  • Publié le 03/10/2012 à 08:55
  • Par Patrick MENEYROL


Cette année, les écrivains et les journalistes qui descendront de Paris à Brive pour la foire du livre, le feront à bord d'un monument historique. Le Trans Europ Express est un témoin privilégié de la grande histoire et des petites histoires qui ont fait le 20e siècle. Un train de légende emprunté par des légendes, de la littérature, du cinéma, de la politique, ou de l'espionnage. Il sera en gare de Brive, ouvert à la visite, durant le week-end de la foire.

Ce sera peut-être la véritable vedette de cette édition 2012. Le Trans Europ Express sera de la fête en amenant de Paris écrivains et journalistes. Un train mythique qui pose sur les rails le rêve de voyage dans des contrées lointaines, des senteurs des marchés de Constantinople aux vastes étendues de l’empire du milieu. Le TEE est l’enfant de ces lignes qui reliaient, pour les voyageurs fortunés, quasiment toutes les capitales européennes jusqu’aux confins du continent. Un nom reste particulièrement gravé dans cette époque où les voyages rimaient avec luxe, bois laqués, hauts de forme et crinolines: l’Orient Express. Issu de la compagnie des wagons-lits, ce fut le premier de ces trains hors normes, inauguré le 4 octobre 1883. La décoration, symbole de ce que l’on nomme l’Art nouveau, est confiée à de grands artistes comme Albert Dunn, René Prou ou René Lalique.

On y trouve des personnages illustres ou d’autres, insolites, qui vont renforcer le mythe. Des amours célèbres s’y affichent: Cocteau et Radiguet, Diaghilev et Lifa. On y côtoie des aventuriers de tous bords et des agents de haut vol des services secrets comme Philby, Sorge, Eitington, précédés d’ailleurs, pendant la première guerre mondiale, par la célèbre Mata-Hari. Tolstoï fuira le courroux stalinien à bord d’une de ses voitures. C’est dans ce train également qu’Agatha Christie rencontre son mari, archéologue. Ils emprunteront très souvent l’Orient Express pour rejoindre des chantiers de fouilles et la célèbre romancière y trouvera l’inspiration pour trois romans, dont l’incontournable Crime de l’Orient Express. Elle ne sera pas la seule. Kessel, Hemingway, Graham Greene, Paul Morand, Sydney Lumet ou Alfred Hitchcock s’en inspireront.

Un succès qui donnera naissance à de nouveaux trains, de nouvelles lignes, européennes ou extra-européennes, avec des noms qui résonnent comme des envies de s’échapper: l’Oiseau bleu, le Transmandchourien, la Malle des Indes ou l’Étoile du nord. Les voitures bleu-nuit, rehaussées d’un filet d’or sillonnent ainsi le continent dans un univers de luxe et de confort jusqu’à la seconde guerre mondiale. La partition de l’Europe et l’essor de l’avion sonneront le glas d’une époque.

************

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter nos précédents articles: