Actualités

Vassilis Alexakis, lauréat du prix de la langue française

  • Publié le 10/10/2012 à 15:15
  • Par brivemag.fr
Les délibérations présidées par l'académicienne Danièle Sallenave se sont déroulées à Paris aujourd'hui. Au premier tour de scrutin, Vassilis Alexakis a été désigné lauréat du prix de a langue française 2012.

Créé en 1986 par la Ville de Brive, le prix de la langue française récompense l'œuvre d'une personnalité du monde littéraire, artistique ou scientifique qui a contribué, de façon importante, par le style de ses ouvrages ou son action, à illustrer la qualité et la beauté de la langue française.

Il vient de récompenser aujourd'hui Vassilis Alexakis, né à Athènes et arrivé en France à l'âge de 17 ans. Il a été dessinateur humoristique puis journaliste notamment pour Le Monde des livres. Ecrivain de langue française et grecque, sa langue maternelle, il est notamment l'auteur de Paris-Athènes, La Langue maternelle (Prix Medicis 1995), Je t'oublierai tous les jours, Les Mots étrangers, Ap. J.-C. (grand prix du roman de l'Académie Française 2007) et L'Enfant grec, paru en août 2012 (Stock).

Le personnage de ce livre n'est autre que la littérature: elle prête ses décors et ses héros légendaires à l'auteur qui, par la magie des mots, les fait revivre devant lui pour peupler sa solitude. Partagée entre ses deux cultures, l'œuvre de Vassilis Alexakis fait pénétrer le lecteur au cœur de l'histoire intime et universelle de l'homme.

Doté de 10.000 euros, le prix de la langue française qui a récompensé par le passé Emmanuel Carrère (2011), Alain Veinstein (2010), Jean-Paul Kauffmann (2009) ou encore Annie Ernaux (2008) et Pierre Assouline (2007) sera remis pendant la foire du livre de Brive vendredi 9 novembre à l'occasion de l'inauguration qui se déroulera entre 17h et 19h dans l'espace Gazeau. Dès 20h dans la grande salle du théâtre, une rencontre avec Vassilis Alexakis sera animée par Laure Adler. Suivra la lecture de textes du lauréat par Benjamin Jungers et Céline Samie, de la Comédie française.

************

Sur ce sujet, vous pouvez également consulter nos précédents articles: