Actualités

Une inauguration avec une première dame

  • Publié le 09/11/2012 à 18:41
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Il y avait beaucoup de monde, beaucoup de bousculades aussi à l'inauguration de la foire du livre. Et un service d'ordre conséquent. Moins impressionnant que l'an dernier, mais tout de même. Le président de cette 31e édition, Erik Orsenna, avait en effet à ses côtés la première dame de France, venue elle aussi dédicacer son ouvrage.



Pas une minute de retard. A l'heure dite, 17h, Erik Orsenna et Valérie Trierweiler ont coupé d'un même élan le ruban inaugural. Autour d'eux, de nombreux élus, le député-maire de Brive Philippe Nauche, sa première adjointe Patricia Bordas et bien d'autres conseillers, le président de Région Jean-Paul Denanot, celui du Conseil général Gérard Bonnet, Sophie Dessus, René Teulade... Un cordon lui même entouré d'un service de sécurité fortement déployé.

Les deux officiants ont allègrement distribué quelques bouts de ruban à qui voulait en souvenir, puis le cortège de toutes ces personnalités a fendu la foule, Valérie Trierweiler en figure de proue. Voyage au pays des auteurs ou plutôt de certains au fil d'un parcours jalonné d'escales prédéfinies. Ignorant le stand tout proche des Charlie Hebdo croulant quant à eux sous les dédicaces, la première dame s'arrête devant le bel Olivier Adam. La conversation s'installe, cortège et service d'ordre patientent. Puis saut de puce vers Florian Zeller. Et ainsi pour Laurent Binet, Fabrice Humbert... Que de jeunes talents! Ha, tout de même un détour pour Bernard Pivot, le chantre de la littérature.

Mais voilà que Valérie Trierweiler s'attable à son stand pour dédicacer quelques ouvrages. Flottement dans le cortège: va-t-elle rester? poursuit-elle sa visite? Après 10 minutes, la visite reprend de plus belle en zig zag. Arrêt incontournable chez Patrick Deville, prix Femina, qui a droit aux bises. Erik Orsenna de son côté joue l'avant-garde auprès de Michel Peyramaure, se laisse photographier avec Macha Méril... La première dame reprend les devants, accordant même une interview éclair à I>télé. Mais l'heure tourne et surtout la ministre Aurélie Filippetti vient d'arriver. Et l'on ne fait pas attendre un ministre. Le cortège fonce alors comme une mêlée à travers les visiteurs pour s'engouffrer dans l'espace Gazeau avant que vienne le temps des discours.






************


Sur ce sujet, vous pouvez également consulter nos autres articles: