Actualités

La passion des classiques transmise d'écrivain à élèves

  • Publié le 28/05/2013 à 07:36
  • Par Jennifer BRESSAN


Hier après-midi, Marc Pautrel, l'écrivain en résidence à Brive jusqu'à la mi-juillet (à lire ici) est allé à la rencontre de secondes du lycée Cabanis et a partagé avec eux sa passion pour les auteurs classiques, bien souvent boudés par le jeune public. Ce soir, il est aussi l’invité des Saisons du livre de Brive pour une rencontre gratuite à la médiathèque à 18h15. Infos: 05.55.18.18.45.

"A votre âge, j'étais comme vous", a confié Marc Pautrel à son auditoire. Des élèves en classe de seconde au lycée Cabanis. "A l'époque, je n'accrochais pas trop avec les classiques. J'étais dubitatif devant ces auteurs qui me paraissaient anciens, poussiéreux, des livres qui me semblaient ennuyeux comme ceux de Zola, Baudelaire, Proust ou encore Flaubert", cite-t-il. Regards complices des élèves en direction de leur professeur de français Nathalie Marchou: "Je ne vous ai demandé de lire que quelques extraits de Madame Bovary", réagit amusée l'enseignante. Un monde pour ces jeunes qui semblent partager le sentiment décrit par l'auteur.

"Derrière cette rencontre, il s'agit de leur rendre accessible ces écrivains qui leur semblent si loin d'eux", explique Nathalie Marchou. "Ils se demandent pourquoi ils doivent les lire". Un blocage que l'intervention de l'auteur en résidence devait aider à faire évoluer. "Je ne veux pas vous convaincre de quoi que ce soit. Je veux juste témoigner de ce qui m'est arrivé, de ma passion présente pour ces auteurs que j'ai redécouverts plus tard."

C'était vers ses 22 ans, à la lecture de chroniques de Philippe Sollers dans Le Monde. "Ils les faisaient passer pour des agitateurs, des rebelles. Cela a aiguisé ma curiosité." De lui-même, il en a rouvert un, puis deux. Et ça a été le choc. "J'ai été subjugué et je me suis dit: pourquoi je ne les ai pas relus avant!" Pour lui, ça a été le déclic: "C'est après ces lectures que je me suis mis à écrire. Je voulais faire comme eux, à l'image de ces gamins qui, après avoir suivi la coupe du monde à la télé, voulaient devenir footballeurs!"

Il poursuit: "Aujourd'hui je les lis pour me ressourcer et pour redescendre sur terre quand j'ai trop le melon", plaisante Marc Pautrel qui a publié son premier roman chez Gallimard après 20 ans de travail, d'attente, de refus. "A chaque fois que je reprends un classique, je prends une grande leçon de style!" Pour l'auteur, la clé d'un élan retrouvé vers ces auteurs, c'est l'émotion, le plaisir. "Les classiques donnent du plaisir, font entendre une voix unique qui a traversé les siècles et qui fait que tout classique qu'ils sont, ils sont vivants, aujourd'hui encore. Bien sûr, leur lecture demande un effort, mais on s'en trouve récompensé."

Première rencontre publique de Marc Pautrel ce soir à 18h15 à la médiathèque. L'occasion pour l'auteur de parler de son univers, de son travail d’écriture et de son rapport avec internet et l’écriture sur les blogs. Infos: 05.55.18.18.45.