Actualités

Au rythmes des écoliers allemands (3)

  • Publié le 06/06/2013 à 07:40
  • Par Marie Christine MALSOUTE


Hier, les CM2 de l'école Saint-Germain étaient à Lauf, ville jumelée avec Brive. "J'ai appris qu'on pouvait avoir des relations amicales avec des gens d'autres pays." Pour Ilona, comme pour ses autres camarades, cette journée de rencontre avec des allemands a donné un sens très concret à l'amitié franco-allemande qui fête cette année ses 50 ans. Voici leur article du jour: "Quand nait l'amitié".

Tout a commencé dans la cour, "un  vrai parc", de la Rudolfshof Grundschule. Sam explique: "Il y avait beaucoup de monde, alors on a pu faire des rencontres et commencer à communiquer sans avoir peur du regard des autres". Helena enchaîne: "Ils venaient vers nous, nous demandaient notre nom. Les enfants allemands avaient l'air moins timides." Après cette première prise de contact, que les garçons ont ponctué d'une partie de foot ("même s'ils ont des activités sportives, et même si notre sport, c'est plutôt le rugby, on les a battus!", ne manque pas de préciser Andy), la rencontre a pris corps dans la classe: jeux de questions-réponses en allemand et en anglais, chansons en commun, jeux de société partagés, avec cette envie encore et toujours d'échanger: "On faisait chacun un effort pour parler dans la langue de l'autre".

Partage encore avec le flashmob préparé par les élèves de Saint-Germain sur la version hip hop de l'hymne européen et que les élèves allemands avaient appris: aux couleurs de leurs écoles respectives ou de celles de l'OFAJ (Office franco-allemand pour la jeunesse qui fête aussi ses cinquante ans et qui a soutenu ce projet), ils ont fait danser la cour de la Rudolsfhof Grundschule.

Un bon présage

Lors de la réception officielle à la mairie de Lauf, a laquelle Nicole Chaumont était venue se joindre, le maire de Lauf a évoqué la présence sur le toit d'une maison de la vieille ville d'une cigogne et de son cigogneau. C'est selon la tradition un signal particulièrement favorable adressé à la jeunesse. Un signe qui ne pouvait pas mieux tomber pour les jeunes élèves français qui avaient encore à leur programme un rendez-vous un peu exceptionnel pour des enfants si jeunes: l'accueil dans des familles pour la soirée. C'est Carola Wieding, l'enseignante allmeande qui s'était occupée d'apparier des familles allemandes désireuses de recevoir les élèves français.



 "Trop bien!"



C'est donc par deux que les élèves sont partis… à l'aventure, avec un peu d'appréhension: "la peur de ne pas se comprendre", "qu'ils se moquent de nous", "qu'ils aient une mauvaise impression", "de dire des bêtises"... Deux heures plus tard: "C'était trop bien!"  "On s'est amusés, c'était génial", "Ils avaient une curiosité pour le français, ils nous ont demandé plein de choses". Baptiste: "Moi je parlais avec les mains". Sam: "Et moi, je traduisais en anglais ce que Baptiste disait avec les mains!" Et Ilona qui a entamé ce compte-rendu va le conclure: "Il fallait juste accepter la rencontre!" Bis Morgen(A demain). Les élèves de la classe de CM2 de l'école Saint-Germain.

************


Vous pouvez consulter les précédents articles sur ce sujet: